Jérusalem n’est pas la capitale d’Israël

4955878ce3beae606aae5246ff91a

On le savait fou, dangereux, instable, capable du pire, en reconnaissant Jérusalem comme capitale de l’Etat d’Israël, Donald Trump a fait part de son immense irresponsabilité. De l’avis de tous, les Etats-Unis ne peuvent désormais plus parrainer les négociations de paix, même s’il était depuis bien longtemps évident que cela n’aurait jamais dû être le cas.

Mercredi 6 décembre, le peuple palestinien a eu la mauvaise surprise d’entendre le discours du président américain, quelques jours seulement après que la Cour suprême américaine ait autorisé le décret interdisant l’accès de ressortissants de sept pays musulmans sur le sol américain, reconnaissant la ville de Jérusalem comme capitale du seul Etat d’Israël, et donc marquant sa volonté de déplacer l’ambassade américaine de Tel-Aviv à la ville trois fois Sainte.

Jérusalem est, en effet, une ville sacrée pour les trois religions du livre. Les juifs viennent prier au Mur des lamentations, les chrétiens à l’Eglise du Saint-Sépulcre, et les musulmans à la Mosquée Al-Aqsa, troisième lieu Saint de l’Islam, après la Mecque et Medine. Inutile de préciser donc que les tensions autour de cette ville sont multiples, et ce qu’elles représentent pour les trois religions.

Or, la politique israélienne, visant systématiquement à reprendre le contrôle de la ville, alors qu’elle devait être partagée entre les deux peuples, ne fait qu’augmenter, depuis des années, les violences et les tensions.

  • Brève histoire de la ville de Jérusalem

Jérusalem a été la ville de toutes les convoitises au cours de l’Histoire, les croisades, lancées au 11ème siècle par le Pape Pie VI avait déjà pour but la reconquête de la ville Sainte aux armées musulmanes.

Après la seconde guerre mondiale et la création, en 1948 de l’Etat d’Israël, la Palestine se retrouve divisée en deux Etats : Israël donc, et un Etat Arabe, tandis que la ville de Jérusalem est démilitarisée et placée sous l’égide du Conseil de tutelles des Nations Unies. La première guerre israélo-arabe, et les guerres qui suivent, celle des 6 jours en 1967 et celle du Kippour en 1973, vont permettre au tout jeune Etat d’Israël d’occuper une grande partie de la Palestine, y compris Jérusalem et le désert syrien du Golan .

En 1980, au mépris du droit international, Israël proclame la ville de Jérusalem comme sa capitale. Aucun pays, jusqu’aux Etats-Unis, n’avaient reconnu la ville Sainte comme la capitale de l’Etat Hébreux, et toutes les ambassades des pays ayant des relations diplomatiques avec Israël, se trouvaient, et se trouvent toujours à Tel-Aviv.

  • Vers une troisième intifada ? 

Une troisième intifada (en arabe « révolte des pierres »), après celles de 1987, 2000 et 2005, est-elle envisageable ? . la déclaration de Trump, il y a maintenant une dizaine jours, l’a rendue de plus en plus possible. Si le Hezbollah libanais, le Hamas palestinien, ainsi que d’autres factions palestiniennes ont appelé à un tel soulèvement, pour le moment les palestiniens ne se sont pas révoltés, comme ils avaient pu le faire auparavant.

shireen_women_day
Combattante du Front populaire de libération de la Palestine (marxiste), une des factions de la Résistance.

Une grève générale a été organisée dans les territoires palestiniens, de nombreuses manifestations ont éclaté, et des roquettes ont été lancées depuis la bande de Gaza, certes, mais rien de comparable à ce que l’on avait pu voir précédemment. En revanche, la réaction israélienne est, elle, connue et continue de faire des victimes palestiniennes en nombre, et au mépris du droit international.

Mais nul doute que les médias n’hésiteront pas à nous présenter, sur un pied d’égalité, les forces qui s’opposent. Alors qu’il n’y a absolument rien d’égal entre une armée surentraînée, détentrice de l’arme nucléaire, et de l’aide des puissances occidentales, et les factions palestiniennes qui disposent d’un armement dérisoire, comparé à celui des forces d’occupations. Et même si les palestiniens disposent de roquettes et de certains missiles, quels impacts, si ce n’est symboliques, ont-ils face à l’efficacité des défenses antimissiles israéliennes ?

Mais qu’importe, à la fin Israël ne sera, une nouvelle fois, pas condamné, et les élites bien pensantes pourront verser leur petite larme pour les victimes palestiniennes, sans que cela ne change la moindre chose au drame.

  • Stratégie de guerre au Moyen-Orient

S’attaquer à la Palestine, donc aux différents mouvements qui composent la résistance palestinienne, correspond à une logique bien précise et plus générale. Une logique consistant à détruire toute opposition aux intérêts impérialistes. L’Irak de Saddam Hussein, a été le premier à en faire les frais, puis ce fut le tour de la Libye de Kadhafi.

Mais la machine s’est enrayée en Syrie, où les plans américains ont été annihilés par l’association de la Syrie, de l’Iran, de la Russie, de la Chine, de l’Irak et du Hezbollah libanais. La prochaine cible devrait donc, logiquement, être la République islamique d’Iran, et son allié chiite du Hezbollah. Un conflit qui correspondrait aux intérêts américains, israéliens, mais aussi saoudiens, grand ennemi de l’Iran. Le conflit au Yémen, qui n’attire d’ailleurs pas l’attention de ceux se revendiquant si souvent des droits de l’Homme, est le symbole de cette rivalité entre l’Arabie Saoudite et l’Iran.

Nul doute que la décision de Trump vient de jeter de l’huile sur le feu sur une région qui n’en avait vraiment pas besoin.

Publicités

Israël provoque la Syrie

7754532372_carte-de-localisation-du-plateau-du-golan

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a une fois de plus créer une vive polémique en affirmant lors du conseil des Ministres d’Israël que la partie du Plateau du Golan occupé par Israël « restera pour toujours dans les mains d’Israël ».

Pour la première fois un conseil des Ministres se tenait sur le plateau du Golan, ce qui en soit était déjà une provocation faîte à la République Arabe Syrienne.

Historiquement la région appartient en effet à la Syrie, et n’est tombée aux mains de l’Etat Hébreux qu’en 1967 à la suite de la guerre des 6 jours. Le plateau du Golan est alors occupé par l’armée israélienne avant d’être officiellement annexé en 1981. Naturellement jamais la Syrie n’a accepté une telle annexion qui par ailleurs constitue une violation de la souveraineté selon le droit international.

Les deux Nations n’ont d’ailleurs jamais signées la paix et la question du Golan semble avoir été remise sur la table des litiges après ces déclarations. En effet la Syrie n’entend pas rester impassible, et elle l’a fait savoir par le biais de son Ambassadeur à l’ONU ainsi que par la voix de son Vice-Ministre des affaires étrangères qui a déclaré à ce titre qu’ils ( le gouvernement syrien )  » seraient prêts à tout pour faire revenir le Golan au sein de la patrie syrienne, y compris à utiliser l’option militaire ».

Une provocation de plus de la part d’Israël qui pourrait conduire à de nouvelles escalades de violences dans une région qui est déjà beaucoup trop touchée par les guerres, le terrorisme et les luttes entre différentes puissances. Certes ce territoire a été conquis au terme d’une guerre qui opposait Israël à plusieurs pays arabes dont la Syrie, mais aujourd’hui, près de 60 ans après ce conflit, la restitution du Golan à la Syrie montrerait un espoir de paix pour les peuples et pour les minorités y résidant.

Non que ça améliorerait l’image d’Israël, qui ne cessera d’être vu- à juste titre- comme un Etat colonisateur, pratiquant l’apartheid, et violant les droits fondamentaux des palestiniens, mais cela permettrait peut-être d’éviter à l’avenir un nouveau conflit entre deux pays que tout oppose. En effet, si Israël s’est montré si optimiste à l’égard de la chute du régime de Bachar Al-Assad, c’est bien parce que la Syrie, avec l’Iran, est l’un des seuls pays de la région à encore armer et soutenir de manière officielle et sans tergiversations le peuple palestinien dans sa lutte contre l’occupation.

La question n’est pas ici de savoir si la Syrie est une démocratie ou une dictature, si la lutte armée est une solution ou non, mais bien de simplement exposer les faits tels qu’ils sont et ceci en est un. Que ce soit directement ou indirectement, via le Hezbollah libanais, Damas soutient la résistance palestinienne. Cette dernière qui est par ailleurs également engagée aux côtés de la Syrie dans sa lutte contre les groupes terroristes, une manière de bien montrer à tous que la lutte pour un Etat palestinien n’est en rien une guerre de religion contre un autre peuple. C’est simplement la lutte d’un peuple colonisé contre un Etat colonisateur, qualifié de « seule démocratie du Proche-Orient » et qui, en dépit de l’action des Nations-Unis semble posséder l’arme nucléaire.

En ce qui concerne la situation du Golan, l’annexion en 1981 par Israël n’est pas reconnu par l’ONU et elle condamnée par la résolution 497 du Conseil de sécurité. La solution idéale résiderait comme toujours dans des négociations de pourparlers entre les deux Nations pour rendre le territoire à la Syrie ou tout du moins une partie sous l’égide de l’ONU. Mais comme ni Israël ni la Syrie ne semble décider à céder sur ce point cela paraît compliqué et compromis. Une guerre dans cette région serait dévastatrice pour les peuples car il y a fort a parier qu’elle impliquerait un grand nombre de belligérants, comme c’est le cas en Syrie on en Irak, et cela pourrait conduire à terme à une recrudescence du jihadisme si celui-ci venait à être partiellement éradiquer au cours de la guerre en Syrie.