19,58% n’auront pas suffi

1015864-prodlibe-qg-jean-luc-melenchon

Malgré une belle campagne, innovante, ambitieuse et progressiste, Jean-Luc Mélenchon, candidat de la France insoumise, soutenu par le Parti communiste et Ensemble, n’a pas réussi à se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle. Ce que nous craignions est ainsi arrivé, avoir le choix au second tour entre une candidate issue de l’extrême-droite et un candidat de l’oligarchie, soutenu par les banques.

Pourtant nous avons essayé. Essayé de créer un rapport de force qui nous soit favorable en tentant de rassembler non pas autour d’un candidat mais autour d’un programme de justice sociale et de renouveau démocratique. Force est de constater que par rapport à 2012, et aux 11,1% du Front de gauche, notre score augmente significativement puisque Jean-Luc Mélenchon a recueilli 19,58% des suffrages. C’est donc en soit une petite victoire mais surtout un formidable point d’appui pour la suite, et notamment pour les élections législatives.

Du reste, il ne faut pas perdre de vue que nous aurions pu être au second tour. Sans ce système médiatique qui a préféré taper sur le candidat de la France insoumise que sur le Front national, et qui maintenant vient nous faire la leçon quant au fait que Jean-Luc Mélenchon n’a pas donné de consignes de vote, préférant attendre la décision des près de 450 000 citoyens qui ont soutenu sa candidature, ce qui semble pourtant être la base de la démocratie.

Ce n’est pas un hasard si la France n’est plus classée que 45ème mondial au classement de la liberté de la presse. Le fait que la plupart des journaux, chaînes d’infos et stations de radios soient possédés par 9 milliardaires rend beaucoup plus compréhensif ce déferlement contre la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Des attaques répétées sur le Venezuela, Cuba, la Russie, tout ce qui serait censé effrayer les personnes souhaitant lui apporter son vote. Et surtout cette omniprésence d’experts et d’économistes tous plus libéraux que les autres ne pouvant s’empêcher de décrire notre programme comme « infaisable et dangereux » en essayant de démontrer une quelconque, et absurde, proximité avec le programme haineux de l’extrême-droite.

D’un autre côté ils se seront bien gardés de tout reproche envers Emmanuel Macron et son programme néolibéral qui vont- s’il est élu- nous plonger dans un appauvrissement général. Ce petit jeu médiatique a parfaitement fonctionné puisqu’ils ont réussi à faire élire un candidat ayant le même programme et les mêmes objectifs que le président le plus impopulaire de la Vème République.

Il ne faudra pas non plus  oublier la trahison socialiste, une de plus, puisque Benoît Hamon et le PS ont préféré, plutôt que de créer une unité, qu’ils appelaient de leurs voeux du moment qu’elle était derrière eux, sauver les meubles et leurs apparatchiks. Comme nous l’avions annoncé depuis maintenant plusieurs mois le PS prend la direction du PASOK Grec, en ne pesant désormais plus rien dans le jeu électoral.

Et maintenant ? Cap sur les législatives ! 

Il n’y a donc plus rien à attendre de ces élections présidentielles, et chacun votera le 7 mai en connaissance de cause, aussi devrons-nous respecter nos camarades qui ne souhaitant pas avoir à faire un choix entre la peste et le choléra préféreront voter blanc, tout comme ceux qui, conscients du danger de l’extrême-droite, voudront l’éviter à tout prix.

Désormais nos yeux doivent être rivés sur les prochaines élections qui arriveront très vite et qui détermineront, elles aussi, l’avenir de notre pays. Car sans majorité, aucun président ne pourra mener sa politique. Or faire en sorte que nous ayons un groupe en proportion de notre résultat sera essentiel. Il ne faudra pas refaire comme en 2012 et n’avoir qu’une dizaine de députés pour défendre nos acquis sociaux. Il ne faudra pas non plus se diviser entre France insoumise, PCF, et Ensemble. Diviser la gauche de transformation sociale ne servirait qu’à accroître le pouvoir des futurs dirigeants et faire reculer nos droits. Or nous aurons besoin de députés nombreux pour défendre nos revendications et porter nos propositions.

En attendant, le 1er mai sera comme à son ordinaire un moment important pour montrer notre force et notre nombre. Aux côtés des syndicalistes qui eux aussi devront accentuer les luttes, nous montrerons à tout le pays que nous refusons de laisser nos conditions de vies et de travail se détériorer.

 

Publicités

Attentat de Nice : arrêtez de les financer

ISIS-made-in-USA

Que dire après cet énième massacre de civils en plein territoire français, des femmes, des hommes, des enfants qui n’étaient rassemblés que pour passer un moment convivial devant les festivités de la fête nationale. Pour l’instant rien ne semble confirmer le fait que cet homme appartenait à l’Etat islamique même si ce dernier a revendiqué l’acte terroriste. Ce qui est certain c’est que François Hollande n’a, une fois de plus, par pris la bonne décision en annonçant quelques heures après le drame seulement de nouvelles frappes en Irak et en Syrie.

Pour rappel ces frappes sont une violation de territoires souverains de pays indépendants, alors qu’à l’inverse la Russie bombarde parce qu’elle en a l’autorisation, mais le débat n’est pas là. En effet, ce n’est pas être pro-russe que de dire que les bombardements occidentaux n’ont pas eu d’impact sur Daech . De fait, le territoire du Califat a diminué depuis l’arrivée de l’aviation russe, associé à la progression des forces kurdes, de l’armée syrienne, des milices populaires, de l’armée irakienne, du Hezbollah, et des Gardiens de la Révolution iranienne.

Sans compter que ces différentes entités s’en prennent aussi aux autres groupes terroristes considérés par certains comme « modérés », mais qui usent tout aussi facilement de bombes et d’armes lourdes que leurs homologues idéologiques. Ce qui s’est passée en Turquie récemment n’arrangera guère les choses, d’ailleurs il semble que le Président turc, Erdogan, s’est lancé dans une vague de purge à l’encontre de tous les militaire ayant de près ou de loin participé à la tentative de coup d’Etat, mais nous y reviendrons dans un prochain article.

Pour l’heure, le peuple français ne peut que compter ses morts, et les pleurer, une fois de plus, alors que tant d’incompréhensions résident encore autour de ces actes terroristes. Pourquoi par exemple ce camion a t-il pu s’introduire sur la Promenade des Anglais, si la circulation était interdite ?

Pourquoi certaines mesures qui auraient dû être prises depuis l’attentat de Charlie Hebdo, voire depuis 2012 n’ont toujours pas été prises ? A commencer par la politique étrangère française. Nous ne cessons de le répéter, mais la politique française en Afrique du Nord et au Moyen-Orient a considérablement renforcé le risque d’acte terroriste, d’ailleurs la France est l’un des seuls pays occidentaux aussi durement touché et ce n’est pas simplement une coïncidence.

La politique étrangère françaises est depuis quelques années une véritable catastrophe, et cela ne date pas du mandat de François Hollande comme l’aime à le répéter la droite. Depuis au moins l’intervention en Libye, que tout le monde peut se remémorer, la France, allié fidèle et soumis des Etats-Unis, n’a eu de cesse de déstabiliser des Nations souveraines. Pour reprendre les termes d’un autre article « certes peut-être peu démocratiques mais paisible et laïc ». Et encore, si on prend en exemple les monarchies pétrolières, la Syrie et la Libye peuvent apparaître comme des exemples de démocraties, notamment en matière de droits des femmes.

En réalité, tout pays ne répondant pas aux intérêts impérialistes ne peut mener sa propre politique indépendante et souveraine. Il n’y a qu’à observer quels pays sont dénigrés dans nos médias, et quels pays sont systématiquement déstabilisés ? Il est relativement rare d’entendre des critiques à l’égard d’Israël, de l’Arabie Saoudite, du Qatar, d’Oman, du Mexique, ou de certains pays africains, alors qu’à l’inverse on encense rarement Cuba, le Venezuela, le Viet Nam,  la Chine, l’Iran ou bien  la Russie.

Les médias rentrent ainsi parfaitement dans leur rôle d’orienter la pensée des citoyens en fonction des intérêts économiques des puissants. Ainsi, si TF1 déclare que les rebelles syriens sont « modérés et démocratiques » alors on peut accepter et comprendre la livraison d’armes en direction de ces groupes qui plus tard reviendront sur notre sol afin de nous terroriser.

Les premiers responsables de ces attentats sont donc nos dirigeants coupables d’avoir formé ces groupes, les avoir aidés à renverser un autre dirigeant. Karl Marx avait prévenu « celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre » ; non content d’avoir déjà formé, financé, et armé Al-Qaïda en 1979 en Afghanistan, arguant de leur haine contre les Soviétiques, les occidentaux, et notamment les américains mais aussi la France, ont fait de même avec les groupes terroristes actuels.

Derrière les beaux discours d’hommage, qui sont sans doute sincères, il est désormais le moment d’agir avec sagesse en commençant par coopérer avec les forces sur place qui luttent contre l’Etat islamique, de se coordonner avec la Russie, les forces kurdes et l’armées syrienne et d’échanger les informations cruciales avec ces derniers afin de lutter collectivement contre cette menace et n’ont pas d’essayer d’avancer ses pions pour espérer avoir les emplacements stratégiques.