Vent d’espoir en Argentine

Alberto Fernandez
Alberto Fernandez, candidat du Frente de Todos, lors de l’annonce des résultats des primaires Photo / /Agustin Marcarian / Reuters

Président ultra-libéral et allié inconditionnel des Etats-Unis, Mauricio Macri, en poste depuis le 10 décembre 2015 vient de subir une cuisante défaite, porteuse d’espoir pour tous ceux ayant souffert de sa politique depuis son élection. A l’occasion des primaires, obligatoires pour ceux et celles souhaitant être candidats aux élections générales, dont le premier tour aura lieu le 27 octobre prochain, et qui constituent un réel sondage grandeur nature, le président argentin est arrivé loin derrière le Frente de Todos. 

  • Un bilan désastreux 

Les Argentins ont ainsi sanctionné ce chantre de l’économie de marché dont l’orientation économique a fait exploser la pauvreté et le chômage. La pauvreté atteint ainsi 32%, soit le plus haut niveau depuis la crise de 2001, tandis que le chômage qui était de 8,2% en 2018 a grimpé à près de 10% en 2019. 

Licenciements massifs, perte de valeur du peso argentin par rapport au dollar, inflation galopante qui a atteint 48% en 2018, gel des salaires et des pensions sont devenus monnaie courante dans l’Argentine de Macri qui affichait une croissance négative de – 2,6% en 2018, loin des espérances du gouvernement.

Mauricio Macri persiste pourtant et signe. En témoigne les prêts contractés auprès du FMI qui exige en retour un équilibre budgétaire. Le cercle vicieux est alors lancé, puisque pour essayer d’atteindre cet objectif le gouvernement argentin baisse (encore) les dépenses publiques, entraînant un accroissement des difficultés quotidiennes pour les plus démunis. 

Mais les Argentins n’ont pas attendu les primaires pour manifester leur mécontentement. Et de grèves générales en manifestations massives à travers tout le pays ils ont fait entendre leur colère et leur revendications jusqu’au vote de dimanche dernier. 

  • Le Frente de Todos en bonne position 

Les PASO (primaires ouvertes, simultanées, et obligatoires) sont un passage pour quiconque souhaite accéder à la présidence de l’Argentine puisqu’il faut au moins y obtenir 1,5% pour pouvoir être candidat aux élections générales. Mais plus que cela le vainqueur de ces primaires est quasiment certain de remporter les prochaines échéances électorales du 27 octobre. Car avec une avance de près de 15 points, le candidat du Frente de Todos, Alberto Fernandez dispose d’un sérieux avantage sur son adversaire Mauricio Macri. En effet avec Cristina Cristina Fernández de Kirchner (présidente de l’Argentine de 2007 à 2015) et candidate pour la vice-présidence, Alberto Fernandez jouit de la popularité encore élevée de cette dernière.

Le binôme porte les couleurs du Frente de Todos, une coalition regroupant près de 20 mouvements et partis, dont le Parti justicialiste (issu du péronisme) mais aussi des partis socialistes, et communistes. C’est cette coalition à qui les Argentins ont, semble-t-il, accordé leur confiance en lui donnant 47,65% des voix. 

Derrière Mauricio Macri ne recueille lui que 32,05% des suffrages, tandis que Roberto Lavagna ferme la marche du podium avec 8,22%. Pour plus de précisions voir : Le péronisme remporte les primaires (PASO) contre le président de droite

L’interview du mois : épisode 1 – Marie-Christine Vergiat (ex-eurodéputée de 2009 à 2019)

Microphone free icon

Cette nouvelle rubrique mensuelle a pour objectif de donner la parole à différents acteurs de la vie politique, syndicale, associative française. Des personnes qui n’ont pas, ou très peu, accès aux médias dominants. Pour ce premier épisode Marie-Christine Vergiat, qui fut députée européenne de 2009 à 2019 sous l’étiquette du Front de Gauche nous a fait l’honneur de répondre à nos questions. 

hIJCgFCB_400x400

1) Votre second mandat d’eurodéputée vient de s’achever. Quel bilan tirez-vous de ces dix années passées au Parlement européen ? 

Ce bilan est plutôt positif même s’il est contrasté. J’ai appris beaucoup de choses durant ces 10 années de mandat. Au Parlement européen, on voit concrètement comment pourrait se mettre en œuvre un autre projet européen.

Le Parlement européen a beaucoup plus de pouvoirs et est beaucoup plus démocratique qu’on l’imagine trop souvent en France ; les rapports de forces s’y construisent d’abord au sein des groupes politiques, puis entre eux. Et pour mener et surtout gagner une bataille, il faut dépasser les antagonismes nationaux et chercher à construire du commun, ce que j’appellerai volontiers un intérêt général européen. Si on ne comprend pas cela, ce n’est pas la peine de dire que l’on croit à une autre Europe. J’ai aussi appris à être moins ethnocentrée, à me nourrir et à progresser à partir de l’expérience des autres.

Il y a 28 Etats membres dans l’Union européenne. Et un nombre encore plus important de peuples avec des histoires et des cultures plus ou moins différentes. On apprend à s’appuyer sur ce qui nous est commun pour aller vers un plus européen. C’est particulièrement vrai en matière sociale ;  les cultures syndicales et la construction de l’Etat providence varient d’un Etat à l’autre sans que les différences soient insurmontables et sans que la position commune ne se résume au plus petit dénominateur commun qui ne peut que tirer tous les salariés vers le bas. Donc il faut apprendre à travailler et à construire des luttes ensemble au-delà des frontières.

Mais ce que j’ai trouvé le plus difficile, le plus ingrat, est sans aucun doute l’absence de connaissance et donc de reconnaissance de notre travail, y compris pendant la campagne électorale, quel que soit nos groupes politiques d’appartenance d’ailleurs. Et c’est assez consternant de constater, et c’est particulièrement vrai en France, à quel point le fonctionnement des institutions européennes est méconnu..

2) Malgré le faible nombre des députés du groupe de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (GUE/NGL) certains de vos combats ont-ils trouvé un écho au sein du Parlement européen ? Avez-vous pu faire passer des lois ou des amendements ? 

Aucun groupe politique au sein du Parlement européen n’a la majorité à lui tout seul. L’institution a donc un fonctionnement très différent de celui que nous connaissons en France notamment à l’Assemblée nationale où les député.e.s de la majorité suivent de façon quasi monolithique les positions du gouvernement. C’est plus vrai que jamais actuellement avec la majorité pléthorique de la République en marche. Rien de cela au Parlement européen.

Sur chaque sujet, le rapporteur, qui peut être issu de n’importe quel groupe politique (les rapports étant distribués à la proportionnelle des effectifs des groupes), travaille avec un représentant de chaque groupe politique et c’est au sein de cette équipe que se négocie l’ensemble des amendements et que se construisent des majorités, beaucoup plus diverses que ce que l’on croit généralement.

Et oui, selon les sujets, nous pouvons faire adopter un nombre d’amendements plus ou moins importants selon les textes qui sont soumis au Parlement européen et à ses commissions. C’est ce que j’ai pu faire par exemple sur les résolutions portant sur les violations des droits de l’Homme hors Union européenne et c’est ainsi que j’ai pu faire adopter un rapport sur « Migrations et droits de l’Homme » avec 6 petites voix de majorité en séance plénière.

De même, la bataille, menée au Parlement européen par la Gauche européenne et les écologistes sur la pêche électrique, a permis d’aboutir à son interdiction et de la même façon, nous avons pu sauver le plan d’aide alimentaire en faveur des plus défavorisés. Et ce ne sont là que quelques exemples.

3) Beaucoup se demandent quel rôle a un eurodéputé, pouvez-vous préciser celui-ci ainsi que les pouvoirs réels du Parlement européen ? 

Le rôle d’un ou d’une eurodéputé.e est celui de n’importe quelle parlementaire : il ou elle vote des textes législatifs, c’est-à-dire les règlements et les directives européennes. Aucun texte législatif européen ne peut être mis en oeuvre sans l’accord du Parlement européen. Les parlementaires européens votent aussi des rapports ou des résolutions par lesquelles la majorité du Parlement européen donne à voir sa position. C’est important notamment quand la Commission européenne publie des communications qui peuvent déboucher sur des textes législatifs dont elle a seule l’initiative. 

Au niveau institutionnel, on dit que le Parlement européen est co-législateur avec le Conseil représentant les gouvernements des Etats membres, c’est-à-dire que tout texte législatif doit être adopté exactement dans les mêmes termes par le Parlement et le Conseil. C’est une forme de bicamérisme.  Sans accord entre les deux institutions, il n’y a pas de texte.

On peut regretter que ces dernières années, alors que les pouvoirs du Parlement européen ont été plutôt augmentés dans les Traités, les Etats tentent par tous les moyens de le contourner et d’imposer leur point de vue. Pire, ils bloquent certaines législations européennes à défaut d’accord entre eux. On l’a vu sur le congé de maternité européen, sur la création d’un titre de séjour unique, d’un vrai droit asile européen ou sur la réforme du règlement de Dublin concernant l’examen du droit d’asile. Et, en plus, souvent, pour des raisons politiques, la majorité du Parlement cède sous la pression du Conseil.

Plutôt qu’un intérêt général européen, les Etats pratiquent l’addition des intérêts nationaux.

4) Vous avez été élue sous l’étiquette du Front de gauche. Que pensez-vous de l’éclatement de ce dernier et de la dispersion de la gauche ? 

Cet éclatement m’attriste. Les élections les unes après les autres montrent que c’est une impasse. Jamais sous la Vème République, la Gauche n’a été à un niveau aussi bas. Jamais, elle n’a envoyé aussi peu  de député.e.s au Parlement européen. Depuis 1979, date des premières élections du Parlement européen au suffrage universel, c’est la première fois qu’il n’y aura pas de communistes français dans l’hémicycle de Strasbourg. J’espère que les élections municipales seront l’occasion d’un sursaut, d’un rassemblement pour éviter de faire cadeau d’une nouvelle vague d’élu.e.s à La République en Marche et au Président de la République.

5) Comment interprétez-vous les scores, dans certains pays, des partis d’extrême-droite, notamment en Hongrie, en Pologne, ou en Italie ? 

On a oublié que les Etats de l’Europe centrale et orientale, avant de rejoindre l’UE en 2004, ont subi de véritables purges économiques et sociales, sans parler du démantèlement de leurs entreprises publiques au plus grand bénéfice des pays de l’ouest et de leurs entreprises y compris publiques. Il n’est pas surprenant que, dans ces  pays, le « modèle européen » ne fasse plus rêver.

Parallèlement, la crise financière de 2008 a permis d’accélérer la mise en place des politiques ultralibérales  avec toujours plus d’austérité, plus de casse sociale et de démantèlement des services publics. Les écarts n’ont cessé de se creuser entre États européens mais aussi à l’intérieur de ceux- ci. L’absence de solidarité européenne face aux mouvements de population consécutifs aux « révolutions arabes »  et à la « crise du Moyen-Orient » ont permis de faire des réfugiés de véritables boucs émissaires.

Et les gouvernements dits démocrates, quels qu’ils soient, plutôt que de tourner le dos aux politiques d’austérité et de combattre la montée des haines, l’ont accompagnée avec des discours et des politiques, notamment migratoires, basées sur le rejet de l’autre.

Comment s’étonner que cela fasse le jeu des nationalistes et de l’extrême- droite et qu’au final, les électeurs préfèrent l’original à la copie et ce, y compris en France. N’oublions pas notamment que Marine Le Pen a gagné 3 millions d’électeurs entre les deux tours des élections européennes. Chez nous aussi, des digues sont tombées.

6) Vous avez vécu en tant qu’eurodéputée la crise grecque et les reniements d’Alexis Tsipras en juillet 2015. Cet épisode a-t-il eu, selon vous, un impact négatif sur la dynamique des forces de la gauche radicale ? 

Oui j’ai vécu et plutôt mal vécu la crise grecque. J’ai vu comment Alexis Tsipras a été traité par les groupes de droite au Parlement européen : une sorte de mépris dont aucun autre Premier ministre n’a fait l’objet. J’ai entendu le Président de la Commission dire qu’il ne pouvait y avoir de démocratie en dehors des Traités. Et j’ai constaté combien on avait laissé Alexis Tsipras seul lors du bras de fer qui l’a opposé aux ministres de l’économie et des finances de la zone euro après le OXI, le non des Grecs. 

Peu ont vu que ces ministres ont tout fait pour pousser la Grèce et son gouvernement de Gauche radicale hors de la zone euro, voire de l’UE. Alexis Tsipras s’est trouvé devant un choix cornélien : quitter la zone euro, voire l’UE (ce que les Grecs dans leur immense majorité ne voulaient pas) ou accepter le 3ème mémorandum. Je ne suis pas grecque et je ne sais pas ce que j’aurais fait à sa place ou à celle des parlementaires grecs. 

J’ai juste pu constater qu’Alexis Tsipras avait conservé une majorité pour gouverner jusqu’à ce qu’il provoque des élections anticipées et qu’il a certes perdu les élections en Grèce, mais avec un score supérieur à 32 % des voix dont beaucoup de gouvernements européens aimerait se prévaloir y compris en étant vainqueur des élections. Nous pourrions avoir quelques surprises dans ce pays dans les prochaines années. 

Et si cette phase difficile pour la Gauche européenne a eu un impact, c’est plutôt en donnant à voir notre incapacité à analyser la situation en Grèce, à être solidaire et à dénoncer la façon dont les gouvernements néolibéraux, quels qu’ils soient, ont empêché toute expérience originale menaçant les dogmes européens.

7) D’ailleurs vous êtes aussi membre du Parti de la gauche européenne, est-ce un instrument viable au niveau européen pour créer un rapport de force favorable ?   

Le Parti de la Gauche européenne (PGE) est l’un des plus jeunes partis européens. Il a été créé en 2004 par des partis qui voulaient faire front contre le projet de Constitution européenne dont l’objectif était de franchir de nouvelles étapes dans la construction d’une Europe d’abord conçue comme un vaste marché.

Le PGE a beaucoup souffert ces dernières années des divisions de la gauche française et ceux qui y ont contribué portent une lourde responsabilité dans la situation actuelle alors que jusqu’alors ses partis membres avaient refusé de transposer leurs querelles nationales internes au sein du parti européen.

En 2014, nous avions fait une campagne européenne qui nous avait permis de porter le nombre de nos député.e.s européen.ne.s de 35 à 52. Je constate que, cette fois, les divisions ont conduit à l’effet inverse et la GUE/NGL ne compte plus que 41 membres. Tous les partis européens doivent améliorer leur fonctionnement et être attractifs pour les nouvelles forces sociales et politiques qui se constituent notamment à l’est de l’UE.

Pour ma part, mais c’est un avis personnel, je pense qu’une liste paneuropéenne pourrait constituer un outil intéressant pour donner à voir l’idée d’une autre Europe notamment dans les pays où le PGE et ses partis membres peinent à dépasser les enjeux nationaux.

8) Vous êtes membre du Comité consultatif de DIEM25, pourtant vous avez fait le choix de soutenir Ian Brossat pour ces élections, pourquoi lui et pas Benoît Hamon qui est lié au DIEM25 ou bien Manon Aubry ?

J’ai été élue en 2009 sous l’étiquette Front de Gauche. J’ai accepté de me représenter en 2014 car le Front de Gauche était toujours un cadre de rassemblement et c’est pour ce rassemblement des Gauches que j’ai milité en 2017 tout comme en amont des élections européennes. Ce rassemblement n’a pas eu lieu et je le regrette sincèrement car je pense qu’il a privé nos concitoyens de représentants au Parlement européen. Je n’ai pas voulu me représenter notamment parce que ce rassemblement n’était pas à l’ordre du jour. J’ai donc appelé à voter pour la liste des communistes conduite par Ian Brossat par fidélité aux militant.e.s qui m’ont toujours soutenue notamment dans la circonscription on script ion du sud-est dont j’ai été l’élue pendant 10 ans. Je ne vois pas quel autre choix j’aurais pu faire sans avoir l’impression de me renier.

9) Au vu des faibles résultats des partis et mouvements affiliés au groupe de la GUE/NGL, que faut-il changer pour que ces formations obtiennent des scores conséquents ? 

La composition de la GUE/NGL est très diverse. Certains se reconnaissent dans le PGE ; d’autres non. Certains pensent qu’une autre Europe est possible ; d’autres pensent que ce cadre n’est pas réformable. Mais quand nous devons agir au sein des institutions européennes actuelles, nos votes sont le plus souvent identiques. Alors c’est un outil précieux qu’il faut consolider.

Je constate qu’aucun parti membre n’a songé à le quitter pour rejoindre d’autres groupes politiques et que certaines forces qui l’ont beaucoup critiqué ces dernières années, siègent en son sein et en assurent même désormais la co-présidence. Je m’en félicite et je ne doute pas que ce sera un excellent apprentissage de la construction commune d’une autre Europe. 

Vu l’état de la Gauche européenne, tout le monde a intérêt au rassemblement pour sortir de l’impasse et faire front face à la montée des nationalismes et de l’extrême droite.

10) Sur le plan personnel quels sont vos projets politiques ? Envisagez-vous de reprendre le combat au niveau national cette fois-ci ?

Je n’ai aucun projet politique pour le moment. Ma vie militante a en permanence associé des combats politiques au sens strict du du terme et des combats associatifs. J’ai fait peser la balance tantôt d’un côté tantôt de l’autre.

J’avais quitté la vie politique en 2005 et ce sont des militants communistes qui m’ont convaincue de m’engager pour les élections européennes de 2009. Aujourd’hui, j’ai envie de me réinvestir dans la vie associative en profitant de l’expérience que j’ai acquise au niveau européen.

Mes ami-e-s de la LDH m’ont fait de nouveau confiance en m’élisant à leur direction et ont proposé lors du dernier Congrès en juin dernier que je sois l’une des vice-présidentes du mouvement. C’est là que j’ai d’abord envie de mener mes combats dans les prochaines années en m’appuyant sur mon expérience au Parlement européen notamment autour de la question migratoire.

Tsipras est venu, a trahi, et a perdu (analyse des élections grecques)

Alexis Tsipras (crédits Reuteurs).jpg
Alexis Tsipras a reconnu sa défaite dimanche lors des élections législatives grecques. Crédits : Reuteurs

Les élections législatives grecques ont rendu leur verdict ce dimanche 7 juillet. Au terme du scrutin le parti Nouvelle-Démocratie (droite conservatrice) l’emporte largement avec 39,85% des suffrages, confirmant ainsi sa victoire aux élections européennes de mai dernier (voir : Les résultats de la gauche radicale, communiste, et apparentés, aux européennes pays par pays (2019). 

  • Tsipras : la défaite de la trahison 

Les électeurs grecs ont sanctionné les promesses non-tenues et la trahison d’Alexis Tsipras et de Syriza, élus en janvier 2015 avec un programme censé transformer la Grèce et rompre avec les politiques d’austérité et les mémorandums qui avaient précipité le peuple grec dans la misère sociale. 

Pourtant, le 5 juillet 2015, le peuple grec donnait son accord à Tsipras pour refuser les injonctions de l’UE lors du référendum organisé à l’initiative du gouvernement où la question posée était : Approuvez-vous le plan proposé par la Commission européenne, la Banque centrale européenne, et le Fonds monétaire international ? Le Non l’emportait à 61,31% des voix, mais Alexis Tsipras préféra ignorer ce résultat et mettre au placard son programme pour rentrer dans le rang.  

Depuis le Premier ministre grec, et son parti, n’ont fait qu’appliquer à la lettre les exigences de Bruxelles. Résultat : la confiance gagnée durement au prix de longues luttes politiques pendant plusieurs années a été perdue en quelques mois à peine, ruinant le travail de milliers de militants et de plusieurs organisations grecques. Mais plus globalement cette trahison a aussi mis un frein aux partis dits de gauche radicale européens, et notamment issus de l’Europe du sud (Italie, Portugal, Espagne) là où, pourtant, la crise et les politiques d’austérité avaient été particulièrement intenses. 

Le retour de la droite aux affaires n’est donc pas une surprise. Avec un gain de 83 députés le parti Nouvelle-Démocratie, mené par Kyriakos Mitsotakis, disposera de 158 parlementaires, soit la majorité absolue puisque le parlement monocaméral comporte 300 sièges. 

Derrière Syriza et ses 31,53% obtient 86 députés, et en perd 56 par rapport à la précédente législature, tandis que la coalition de centre-gauche Mouvement pour le changement, composée notamment du Mouvement socialiste Panhellénique (PASOK) et du Mouvement des socialistes démocrates (KIDISO) complète le podium avec 22 députés et 8,10% des voix. 

  • Le KKE conserve son groupe, le parti de Varoufakis fait son entrée au parlement 

A défaut de n’avoir pas obtenu de siège supplémentaires, le Parti communiste grec (KKE) garde son groupe en conservant ses 15 députés et en recueillant 5,30% des suffrages, en légère baisse, de 0,3%, par rapport aux élections de 2015. 

Pour plus de détails sur les résultats du KKE : Le Parti communiste grec a résisté. L’ère Tsipras est finie

Les autres forces de gauche n’auront pas non plus de quoi faire pencher la balance du bon côté. Si le Front de désobéissance réaliste européen (branche grecque du Mouvement pour la démocratie en Europe en 2025), de Yanus Varoufakis, parvient à faire élire 9 députés et à faire son entrée au Parlement avec 3,44% des voix, les partis Antarsya et Unité populaire n’obtiennent quant à eux que respectivement 0,41% et 0,28%.

  • L’extrême-droite en déclin 

La seule bonne nouvelle qui ressort de ce scrutin est la chute d’Aube dorée. Le parti d’extrême-droite avait pourtant réalisé un score conséquent en septembre 2015 avec 7% des voix et 18 députés, ce qui lui avait permis de se hisser à la troisième place de cette élection. 

Un peu moins de cinq après les néo-nazis d’Aube dorée n’ont sauvé aucun de leurs sièges. Et, avec 2,9% des voix il est clair que le peuple grec a tourné la (très petite) page de cette formation n’ayant que la haine comme programme. 

Conseil de lecture #1 : ¡VENCEREMOS!

venceremos.jpg
Source : https://www.syllepse.net/venceremos–_r_74_i_580.html

La lecture est un outil indispensable pour se former, s’éduquer, s’émanciper et s’épanouir. Une arme d’autant plus importante aujourd’hui à l’heure où il est souvent difficile d’avoir accès à certaines vérités, notamment historiques. Au travers de cette nouvelle série d’articles je vais essayer de présenter certains ouvrages qui m’ont semblé importants. 

Le livre que je vais présenter aujourd’hui traite d’événements qui se sont déroulés au début des années 70′, mais qui peuvent se transposer à la situation actuelle. 

¡VENCEROMOS! Analyses et documents sur le Pouvoir populaire au Chili (1970-73) est un ouvrage qui revient sur l’expérience chilienne du socialisme lorsque Salvador Allende et l’Unité populaire arrivèrent à la tête du pays en 1970. Cette histoire est assez connue, tout comme sa fin tragique suite au coup d’état du général Pinochet, avec la bénédiction du voisin Nord-américain. Mais ce qui l’est moins c’est l’activité des militants de base, dans les usines notamment qui, au jour le jour, tentèrent de faire vivre le programme de l’Unité populaire. 

Que ce soit au sein des « Cordons industriels », des « Commandos communaux », ou des « Conseils paysans », le peuple chilien a tenté pendant cette période de s’organiser. Il avait compris que sans un appui de la base au gouvernement, jamais ce dernier ne pourrait réaliser son programme, ni aller au bout de ce pour quoi il fut élu. Hélas les multiples mobilisations n’auront pas suffi. Le livre se termine par une lettre de la Coordination provinciale des Cordons industriels de la ville de Santiago, destinée à Salvador Allende, et datée du 5 septembre 1973, déclarant que :

« Nous vous prévenons, camarade, avec tout le respect et la confiance que nous portons encore que si vous ne réalisez pas le programme de l’Unité populaire, si vous n’avez pas confiance dans les masses, vous perdrez l’unique appui réel que vous possédez comme personne et comme gouvernant, et vous serez responsable de porter le pays, non pas vers la guerre civile, qui est déjà en plein développement, mais à un massacre froid, planifié, de la classe ouvrière la plus consciente et la plus organisée d’Amérique latine »

Funeste présage. Quelques jours plus tard en effet, le 11 septembre 1973 avait lieu le coup d’Etat qui mettait définitivement fin à l’expérience socialiste chilienne. Au terme de cette journée Augusto Pinochet prenait le pouvoir et installait sa dictature militaire, tandis que Salvador Allende se donnait la mort. 

Ces événements ont plus de quarante ans. Pourtant, comment ne pas voir des similitudes entre ce qu’à vécu le Chili d’Allende et ce que vivent aujourd’hui les pays progressistes d’Amérique latine ? Les moyens de pression, de blocage et d’intimidation des Etats-Unis contre le gouvernement de l’Unité populaire sont les mêmes que ceux utilisés aujourd’hui contre le Venezuela, Cuba ou le Nicaragua. En 1971 Richard Nixon, le président américain de l’époque, lança à son secrétaire d’Etat, Henry Kissinger : « j’ai décidé de virer Allende, ce fils de pute ». Admirez l’élégance du langage. Nixon poursuit : « nous ne devons pas laisser l’Amérique latine penser qu’elle peut emprunter un autre chemin sans en subir les conséquences ». Et d’ajouter : « faites-moi hurler l’économie » (chilienne). Aujourd’hui c’est Donald Trump qui souhaite mettre fin aux pays progressistes de la région. Après avoir réussi à faire virer de bord l’Argentine, le Brésil, le Salvador et l’Equateur, l’administration américaine se tourne maintenant vers ceux qui résistent encore. 

Ce livre nous apprend que sans une solidarité infaillible, aucun gouvernement ne peut tenir contre l’Empire et ses valets. Les milliers de morts causés par la dictature chilienne  qui succéda à l’Unité populaire peuvent en témoigner. 

Fiche technique : 

Titre : ¡VENCEREMOS! Analyses et documents sur le Pouvoir populaire au Chili (1970-1973)

Auteur : GAUCHIDAUD Franck 

Nombre de pages : 190

Date de parution : Septembre 2013

Editions : Syllepse 

Prix : 10 euros 

Si Julian Assange avait été vénézuélien…

Julian Assange.jpg
Julian Assange au balcon de l’ambassade équatorienne à Londres, en 2012. Photo Olivia Harris. Reuters

Le 11 avril dernier Julian Assange, fondateur du site Wikileaks, était arrêté par la police du Royaume-Uni alors qu’il était réfugié dans l’ambassade de l’Equateur à Londres depuis août 2012. Plus récemment le gouvernement anglais a ratifié l’ordonnance autorisant l’extradition de Julian Assange vers les Etats-Unis. L’audience qui sera consacrée à l’examen de celle-ci a été fixée au 24 février prochain. 

Julian Assange a vécu dans l’ambassade équatorienne à Londres pendant près de sept ans, après que le gouvernement progressiste de Rafael Correa lui a accordé l’asile politique en 2012, et qu’il a obtenu la nationalité équatorienne en 2018 sous le gouvernement de Lénin Moreno. Pourtant c’est ce dernier qui l’a trahi, après avoir renié ses promesses de campagne en faisant volte-face et en tournant le dos aux années Correa, y compris au niveau international puisque le président équatorien a remis au goût du jour l’alliance avec les Etats-Unis. 

Sitôt arrêté par la police, Assange a été placé dans une prison de haute-sécurité, tel un vulgaire terroriste. Par cet acte, l’exécutif britannique se couvre de honteUne honte que partagent des pays comme la France qui, en dépit des discours moralisateurs, se refusent à accueillir sur leur territoire et à accorder l’asile politique à celui à qui nous devons tant. D’autant plus que jusqu’à preuve du contraire Julian Assange est innocent. Ni lui, ni Wikileaks n’ont volé de documents confidentiels ou n’ont piraté d’ordinateurs. En revanche ils se sont fait le relais des lanceurs qui ont réussi à obtenir ces dits documents en travaillant avec de grands quotidiens occidentaux dont le New-York Times, le Monde, ou El Païs. Ces derniers ont d’abord profité des publications de Wikileaks, en les publiant. Mais très vite ils ont étrangement détourné le regard, au point de ne pas trouver scandaleux ce qu’il est en train de se produire et de cautionner ces accusations. 

Pourtant, il y a fort à parier que si Julian Assange avait été russe, chinois, cubain, iranien, nord-coréen, ou vénézuélien il aurait été adulé et érigé en chantre de la liberté par ceux qui aujourd’hui le condamnent.  Pourquoi ? Parce qu’il a révélé au monde entier ce que personne n’a osé faire. Parce qu’il a notamment montré que les Etats-Unis ont été coupables des pires actes de barbarie. A l’image des cas de tortures en Irak, ou de ce funeste raid aérien du 12 juillet 2007, toujours en Irak, où l’on voit des soldats américains tirer sur un groupe de civils tuant au passage deux journalistes de l’agence Reuteurs.

Au travers de Julian Assange ce sont les libertés d’expression et d’information qui sont directement menacées par ceux qui se proclament pourtant leurs défenseurs. Il est clair qu’une condamnation d’Assange servirait d’exemple et d’avertissement à tous ceux souhaitant informer librement. 


Pour aller plus loin :

 

Un peu d’histoire #6 : le (vrai) rôle de l’URSS durant la Seconde Guerre mondiale – partie 2/3

Accords de Munich
Le 30  septembre 1938 l’Italie fasciste, l’Allemagne nazie, la France et la Grande-Bretagne signent les Accords de Munich qui scellent le sort de la Tchécoslovaquie. Ces accords sont signés sans les Tchécoslovaques, ni les Soviétiques. 

L’Histoire nous permet d’apprendre ce qui nous a précédé. En son temps, Karl Marx avait averti que « celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre », démontrant ainsi la nécessité pour chacun de connaître les événements passés qui, bien souvent, fournissent une source d’explication pour les événements présents et futurs. Mais connaître l’histoire c’est aussi raconter ce qui est passé sous silence, ou volontairement oublié par certains. Au travers de cette série d’articles, je vais m’efforcer de mettre à jour des faits ignorés aujourd’hui mais ô combien importants.

Après la première partie, qui traitait des années 30′ avant les Accords de Munich, lorsque l’URSS tenta d’obtenir une alliance avec la France et la Grande-Bretagne, cette seconde partie parlera à la fois des Accords de Munich, et de leurs conséquences, de l’obstination de la Pologne à réfuter l’accès à son territoire à l’Armée rouge, mais aussi du refus des occidentaux à établir une alliance militaire avec les Soviétiques. Refus qui aura pour conséquence directe le pacte germano-soviétique abordé à la fin de cet article. 

  • Prémices aux Accords de Munich 

Très vite la question de la Tchécoslovaquie arrive sur la table des négociations. Hitler se sert du prétexte de la région des Sudètes, à majorité germanophone, afin de conquérir l’ensemble du pays. Problème ? La Tchécoslovaquie bénéficie d’une double protection : celle de la France, et celle de l’Union soviétique. 

Peu avant les Accords de Munich, Neville Chamberlain, qui souhaite toujours mener une politique d’apaisement avec l’Allemagne nazie rencontre une première fois Hitler. Au terme de cet entretien le premier ministre britannique évoque lui-même un entretien « franc, mais amical »

Pourtant, quelques jours plus tard, Maxime Litvinov, le ministre des Affaires étrangères soviétique réaffirme à la Société des Nations (SDN) que l’URSS souhaite depuis des années arriver à un accord de sécurité collective avec les pays européens, contre l’Allemagne. Surtout, l’URSS précise bien qu’elle est toujours prête à défendre la Tchécoslovaquie, en vertu du traité qu’elle a avec elle mais que pour cela la France doit aussi tenir ses engagements. A cela s’ajoute un autre problème :  l’Union soviétique n’a pas de frontière commune avec la Tchécoslovaquie et pour atteindre ce territoire doit passer soit par la Roumanie, ce qui d’un point de vue stratégique est loin d’être la meilleure solution, soit par la Pologne qui offre le plus de facilité. 

Or la Pologne refuse catégoriquement que l’Armée rouge traverse son territoire, pour plusieurs raisons : 

  • son leader, Josef Beck, un militaire, est un farouche anticommuniste, ayant par ailleurs combattu contre l’Armée rouge en 1918 
  • en 1934 il a signé un pacte de non-agression avec l’Allemagne, il pense donc encore qu’Hitler respectera ce pacte 
  • Par ailleurs le chancelier allemand encourage le colonel Beck a revendiquer une partie du territoire tchécoslovaque, la Zaolzie 

Autrement dit la Pologne n’a aucune raison de laisser entrer sur son territoire l’Armée rouge. De plus Français et Anglais refusent de faire pression sur leur allié polonais, estimant qu’ils sauveront la paix en accordant à Hitler cette dernière concession. 

munich_figaro
Persuadés d’avoir préservé la paix, les dirigeants français et britanniques sont accueillis comme des héros dans leur pays.
  • Le démembrement de la Tchécoslovaquie

Le 29 septembre 1938 sont donc signés les Accords de Munich, sans les Tchécoslovaques, ni les Soviétiques. Aux termes de ceux-ci, et dans les mois qui suivent :

  • l’Allemagne s’empare de la région des Sudètes
  • la Pologne récupère la Zaolzie (octobre 1938)
  • la Hongrie s’empare du sud de la Slovaquie (novembre 1938)
  • la région de la Ruthénie subcarpatique est rattachée à la Hongrie en deux temps, une partie en novembre 1938, l’autre en mars 1939 (Premier arbitrage de Vienne) 

Pendant ce temps là à Londres, Ivan Maïski, l’ambassadeur soviétique, rend visite à son homologue Tchécoslovaque, Masaryk, qui, ayant appris la nouvelle des Accords de Munich  lance, :  » Ils nous ont vendus comme des esclaves »

Grande-Bretagne et France pensent avoir sauvé la paix. Ils se trompent lourdement. Mais en refusant ouvertement la paix tendue par l’URSS qui n’a eu de cesse de vouloir un accord avec les occidentaux, les deux pays ouvrent indirectement la voie à un accord entre l’Allemagne et l’URSS. Mais c’est bien la France qui, le 6 décembre 1938 à l’occasion d’une visite de Joachim Von Ribbentrop, le ministre des Affaires étrangères du IIIe Reich, signe un pacte d’amitié avec les nazis. Un banquet, auquel ne sont pas conviés les trois ministres juifs du gouvernement français, est même organisé en l’honneur de l’invité Allemand. 

En dépit de ses promesses Hitler ne s’arrête pas à la région des Sudètes. Dès le mois de mars 1939 l’Allemagne envahit l’ensemble de la Tchécoslovaquie, en en intégrant une partie au Reich et en créant une Slovaquie satellite. Puis au cours du même mois il s’empare du port stratégique de Memel, en Lituanie. Et bientôt c’est la Pologne qu’Hitler va lorgner. 

  • Avant l’invasion de la Pologne, les dernières tentatives de l’URSS pour parvenir à un accord avec la France et la Grande-Bretagne 

L’invasion du reste de la Tchécoslovaquie et de Memel n’entraînent aucune réaction de la part des occidentaux, toujours aveuglés par leur politique d’apaisement. Pourtant, tout le monde commence à comprendre que Français et Anglais ont abandonné leur allié tchécoslovaque pour rien et que la guerre se rapproche. 

Le Royaume-Uni décide ainsi de donner sa garantie à la Pologne, le 31 mars 1939, imité par la France. De plus l’opinion publique britannique, consciente que l’affrontement est inévitable, souhaite en majorité une alliance de leur pays avec l’URSS. Et une nouvelle fois ce sont les Soviétiques qui font la démarche. Staline ordonne en effet à Litvinov, le 17 avril 1939, de faire le premier pas envers les occidentaux. Ce dernier ne tarde pas à proposer de nouveau une alliance militaire à la France et à la Grande-Bretagne incluant la défense de la Finlande, des pays Baltes et de la Roumanie contre l’Allemagne. 

Lord Halifax, le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, est embarrassé car lui ne souhaite que protéger la Pologne, et demande encore du temps. Mais c’est justement de temps qu’il manque car les plans d’Hitler pour envahir la Pologne sont déjà prêts. D’ailleurs en dépit du danger imminent qui guette la Pologne, le colonel Beck se refuse toujours à laisser entrer sur son territoire l’Armée rouge, même pour assurer sa défense. Encore plus incroyable, il se rend à Londres au mois d’avril 1939, mais repart de la capitale britannique sans que cette question ne soit résolue.

Commençant à être las de tout ce cinéma, Staline nomme Molotov au poste occupé par Litvinov. Néanmoins la proposition d’alliance reste toujours valable, d’autant plus qu’Hitler n’est toujours pas convaincu qu’un pacte avec l’Union soviétique soit une bonne idée. 

Après l’opinion publique, c’est l’armée britannique qui, à son tour, souhaite une alliance avec l’URSS avant que ce ne soit trop tard. Chamberlain et Daladier se décident alors à envoyer une délégation en Union Soviétique en août 1939. Mais alors que Staline a bien spécifié qu’il était urgent de parvenir à un accord, les occidentaux prennent une fois de plus leur temps. Plutôt que d’affréter un avion pour leur délégations respectives, ils choisissent le bateau comme moyen de transport. Le voyage dure une semaine, sans compter les douze jours mis par les Anglais pour désigner les personnes qui allaient prendre part à cette visite. Et que dire des membres des délégations qui ne sont, ni du côté français, ni du côté britannique,  des personnalités très importantes, alors qu’à leur arrivée, le 12 août 1939, ils sont reçus par un proche parmi les proches de Staline : le ministre de la Défense : Kliment Vorochilov. 

Pire, le chef de la délégation britannique, l’amiral Drax n’a aucun papier de son gouvernement spécifiant qu’il a les pouvoirs diplomatiques pour mener à bien ces négociations. Et lorsque Vorochilov demande si la Pologne accepte d’ouvrir ses frontières à l’Armée rouge, il comprend que ces négociations ne servent à rien puisque les occidentaux n’ont pas été capables, ou n’ont pas voulu, convaincre leur allié polonais. La réunion s’arrête donc sur ce point et le ministre de la Défense soviétique précise qu’elles ne pourront reprendre que lorsque la Pologne acceptera l’Armée rouge sur son territoire. 

pacte germano-soviétique
La signature du pacte germano-soviétique.
  • Le pacte germano-soviétique 

Peu avant que les délégations française et britanniques n’arrivent en Union soviétique, Hitler commence à changer d’avis, sous les conseils de Ribbentrop, quant à une prétendue alliance avec l’URSS. Ne pas avoir de second front lui laisserait en effet les mains libres pour mener à bien ses plans, et préparer au mieux la future invasion de cette même Union soviétique. 

Dans le secret le plus total, dans un petit restaurant de Berlin, Karl Schnurre, diplomate allemand, et Georgy Astakhov, conseiller économique soviétique, mais surtout agent du NKVD, se rencontrent et évoquent un- possible- accord. Deux jours plus tard ils transmettent à leur dirigeants respectifs les paroles de l’autre, faisant comprendre que la voie est ouverte. L’Allemagne spécifie au passage que la situation est urgente. 

Le 15 août 1939, soit deux semaines avant l’invasion de la Pologne, les discussions entre l’URSS et l’Allemagne s’accentuent, et Moscou veut avoir la certitude que jamais le IIIe Reich n’attaquera son territoire. Et c’est ainsi que quelques jours plus tard, le 23 août 1939, est ratifié par Molotov pour les Soviétiques, et Ribbentrop pour les Allemands, le pacte germano-soviétique. Il comprenait la non-agression des deux pays mais également une annexe secrète, garantissant à l’URSS d’avoir les mains libres pour reprendre tous les territoires qu’elle avait perdus au terme de la Première guerre mondiale. 

L’invasion de la Pologne est imminente, et par leur bêtises les occidentaux se retrouvent désormais seuls contre Hitler et ses alliés. A suivre… 


Pour approfondir le sujet : Carnets d’un ambassadeur soviétique à Londres, par Ivan Maïski 

Les résultats de la gauche radicale, communiste, et apparentés, aux européennes pays par pays (2019)

parlement européen
Le groupe de la GUE/NGL sera très minoritaire. Source : parlement européen

En un mandat européen beaucoup de choses peuvent changer, et parfois pour le pire. En 2014 le groupe européen de la Gauche unitaire européenne / Gauche verte nordique (GUE/NGL) comptait 52 députés. Cinq ans plus tard ce nombre s’est bien réduit. J’ai essayé de recenser, pays par pays, les résultats des partis siégeant dans ce groupe, susceptibles de le faire ou aux idées similaires. Pour certains pays, notamment en Europe de l’Est il est très difficile de collecter de tels résultats, bien souvent car des listes proches idéologiquement de la GUE/NGL sont inexistantes ou très faibles électoralement.

  • Allemagne

Die Linke (la gauche) avait obtenu 7,57% des suffrages et 7 députés en 2014. Cinq ans plus tard les résultats européens confirment les résultats nationaux. Die Linke obtient 5,40% des voix et 5 sièges. De son côté le Parti communiste allemand (KDP) ne réalise que 0,05% des suffrages.

  • Autriche

En 2014 la liste Europa Anders, obtenait 2,1% des votes. Cette année cette liste n’était pas présente, en revanche celle regroupant le Parti communiste et l’ex mouvement de jeunesse des verts n’obtient que 0,7%.

  • Belgique

L’une des bonnes surprises de ce scrutin vient de Belgique. Le Parti du travail de Belgique (PTB) augmente son score par rapport de 2014 en passant de 3,51% des voix et aucun député à 5,74% et 1 député. Mais surtout les élections fédérales et régionales, qui se déroulaient le même jour, ont permis au PTB de passer, dans les diverses Assemblées de Belgique, de 8 à 42 élus.

Pour voir le détails des résultats : Le PTB perce dans tout le pays.

  • Bulgarie

En Bulgarie il n’y a pas de forces de gauche indépendante qui peuvent représenter une alternative crédible d’un point de vue électoral. En 2014 le parti  Gauche bulgare, affilié au Parti de la gauche européenne, n’avait obtenu que 0,64% des suffrages. Cette année je n’ai pas réussi à trouver leur score, et je ne sais pas s’ils ont représenté une liste.

En revanche la Coalition pour la Bulgarie qui regroupe six formations, dont le Parti socialiste bulgare (réformiste), mais aussi le Parti communiste bulgare, obtient 24,33% des voix, et 2  députés de plus que lors de la précédente mandature pour arriver à 5. Toutefois tous devraient siéger dans le groupe socialiste au Parlement européen.

  • Chypre

L’AKEL, le Parti progressiste des travailleurs, réalise un haut score et demeure le Parti communiste le plus puissant électoralement de l’Union européenne. Il passe d’ailleurs de  26,4% à 27,49% des voix et garde donc ses 2 députés.

  • Croatie

Comme en 2014 aucune liste qui aurait pu prétendre à siéger dans le groupe de la GUE/NGL n’a fait élire de député.

  • Danemark

L’Alliance rouge verte est parvenu à sauver son siège qu’elle avait en 2014. Cette année là l’Alliance rouge verte était membre de la coalition du Mouvement populaire contre l’UE qui avait recueilli 8% des voix et donc 1 député.

En 2019 ces deux formations ont fait bande à part. L’Alliance rouge verte atteint les 5,5% et obtient 1 siège. En revanche le Mouvement populaire contre l’UE chute à 3,7% et n’obtient donc aucun siège.

  • Espagne

Quelques semaines à peine après les élections générales espagnoles qui avaient vu le PSOE l’emporté, l’Espagne se votait à nouveau. Elections européennes, régionales et municipales étaient programmés le même jour. Pour le scrutin européen, comme pour les élections générales, le PSOE est arrivé largement en tête.

En 2014 Izquierda Unida (Gauche Unie) coalition qui regroupait sept formations de gauche, dont le Parti communiste espagnol, avait obtenu 9,99% des voix et 6 députés, en se positionnant en troisième position. De son côté le tout jeune parti Podemos, issu du mouvement des Indignés, obtenait lui 7,97% des voix et 5 députés.

Cinq ans plus tard le paysage politique espagnol n’est pas le même. Les deux formations n’ont pas réussi à concrétiser ces bons scores. Résultat : l’alliance qu’elles ont formé, baptisé Unidos-Podemos, n’obtient que 10,05% des suffrages et 6 sièges.

Toutefois d’autres partis qui ont obtenu des sièges d’eurodéputés pourraient rejoindre le groupe de la GUE/NGL, comme la coalition qui rassemblait notamment la Gauche républicaine de Catalogne et le Bloc nationaliste de Galicie qui obtient 5,61% des voix et 3 députés.

  • Estonie

En 2014 le site Espaces Marx recensait 0,89% pour la liste affilié au Parti de la gauche européenne. Cinq ans plus tard une liste similaire aurait a priori fait à peine 0,1% des suffrages.

  • Finlande

Comme au Danemark, l’Alliance de gauche avait 1 siège de député à conserver. Malgré une chute dans les résultats, passant de 9,3% en 2014 à 6,9% en 2019, l’Alliance de gauche parvient à garder son unique siège.

  • France

En France les résultats n’ont pas été à la hauteur des espérances du côté de la France insoumise, comme du côté du Parti communiste français. En 2014 le Front de gauche (qui rassemblait à l’époque plusieurs formations de gauche dont le Parti de gauche et le Parti communiste français) récoltait 6,61% des voix et obtenait 4 sièges.

La France insoumise s’en sort mieux que le Front de gauche puisqu’elle comptera 2 élus de plus. Mais il faut voir plus loin que ça. La France insoumise n’a pour le moment pas concrétisé les espoirs soulevés lors de la dernière présidentielle. De son côté le Parti communiste français réalise un bien faible score avec 2,49% des voix. Il n’y aura donc plus d’eurodéputés communistes français au Parlement européen, une première depuis 1979. Même son de cloche pour Benoit Hamon et son mouvement qui ne recueille, en France, que 3,27% des suffrages.

kke-syntagma-1.jpg
Manifestation du Parti communiste grec (KKE). Source : Initiative communiste
  • Grèce

En 2014, la victoire de Syriza aux élections européenne portait un souffle d’espoir sur toute l’Europe. Pour la première fois depuis longtemps, si l’on excepte Chypre, un parti de la gauche radicale pouvait accéder au pouvoir. En janvier 2015, effectivement, Syriza remportait les élections en Grèce et Alexis Tsipras devenait premier ministre. Mais les espérances que Syriza avait donné aux autres forces similaires dans l’UE se sont vites dissipées. Dès le mois de juillet 2015 s’en était fini du rêve d’une alternative crédible.

Depuis Alexis Tsipras a appliqué? comme ses prédécesseurs, de droite et sociaux-démocrates les mémorandums dictés par Bruxelles (voir : Grèce : entre austérité, répression et trahison). Pourtant les députés de Syriza ont continué, et vont sans doute continuer, de siéger dans le groupe de la GUE/NGL.

 Ainsi avec 23,8% des votes, Syriza fait moins bien qu’en 2014 puisque la formation avait alors recueilli 26,55% des voix. Toutefois le parti d’Alexis Tsipras maintient ses 6 députés. 

Quant au Parti communiste grec (KKE), qui ne siège plus dans le groupe de la GUE/NGL il parvient, lui aussi, à sauver ses 2 députés en connaissant également une légère chute dans son score électoral, passant de 6,11% des suffrages en 2014 à 5,41% en 2019.

Les autres forces de gauche n’auront aucun député et font des scores extrêmement bas. C’est le cas du le Mouvement pour la démocratie en Europe 2025, de Yanis Varoufakis, l’ancien ministre des finances de Syriza durant les premiers mois du gouvernement de Tsipras, et l’allié de Benoit Hamon au niveau européen, de la liste rassemblant l’Unité populaire et le Parti pirate ou encore de celle d’Antarsya (Front de gauche anticapitaliste).

  • Hongrie

Comme dans d’autres pays de l’Est les forces de gauche, non sociaux-démocrates, sont inexistantes. D’après le site Espaces Marx il n’y avait aucune liste qui pouvait s’apparenter à la GUE/NGL en 2014.

Cinq ans plus tard le Parti ouvrier hongrois, l’un des héritiers du Parti socialiste ouvrier hongrois, n’obtient que 0,42% des votes.

  • Irlande

Le Sinn Féin avait obtenu 17% des voix en 2014 et 3 sièges. En 2019 les choses ont évolué. Le Sinn Féin perd un siège et quatre points dans son score en obtenant 13% des voix.

En revanche la liste Indépendance pour le changement créée une petite surprise. Cette formation formée en 2014 réalise 15% des suffrages et gagne 2 députés. Toutefois rien ne certifie qu’ils siégeront avec le Sinn Féin dans le groupe de la GUE/NGL.

  • Italie

La situation de la gauche italienne est catastrophique. Elle l’était déjà en 2014 et cela se confirme en 2019.

Pourtant il y a cinq ans 3 députés avaient été élus sur la liste l’Altra Europa con Tsipras, qui avait récolté 4,07% des voix. Cette année la GUE/NGL ne sera plus représentée en Italie. Les diverses formations qui auraient pu y siéger ont réalisé des scores extrêmement faibles, preuve que tout est à reconstruire.

La liste La Gauche, qui rassemble l’Autre Europe avec Tsipras, La Gauche italienne, le Parti de la refondation communiste et le Parti du Sud (régionaliste), n’obtient que 1,75% des voix.

Parti communiste, avec 0,88% des suffrages atteint lui aussi un score ridicule.

A noter que la formation Potere al popolo (le pouvoir au peuple), soutenu par la France insoumise, avait renoncé à se présenter lors de ce scrutin.

  • Lettonie

En 2014 le site Espaces Marx recensait 1,55% pour une liste affiliée au GUE/NGL. Il est difficile de savoir si une telle liste a fait un score similaire en 2019. Mais ce qui est certain c’est qu’il n’y aura aucun député provenant de Lettonie qui siégera dans le groupe de la GUE/NGL.

  • Lituanie

Comme les autres pays Baltes les forces de gauche sont quasiment inexistantes en Lituanie. Aucun député de ce pays ne siégera donc dans le groupe de la GUE/NGL.

  • Luxembourg

Il est difficile pour des partis de gauche de réaliser des scores conséquents dans un pays comme le Luxembourg, paradis fiscal par excellence.

En 2014 Dei Lénk (La Gauche) obtenait 5,76% des voix, mais aucun siège. De même que le Parti communiste luxembourgeois (PCL) qui réalisait un score de 1,49% il y a cinq ans.

En 2019 les scores de ces deux formations sont presque similaires, même s’ils  sont en baisse. Dei Lénk n’obtient que 4,83% et le PCL 1,14%.

  • Malte

Il est difficile de savoir quels scores ont pu faire des listes affiliées à la GUE/NGL. Mais aucun député Maltais ne siégera dans ce groupe.

  • Pays-Bas

En 2014 le Parti socialiste avait créé une petite surprise avec 9,65% des voix et 2 députés. Il ne conservera pas ses sièges puisqu’il n’obtient cette fois-ci que 3,4% des votes.

En revanche le Parti pour les animaux, qui siège dans le groupe de la GUE/NGL, avait obtenu 4% des voix et 1 député en 2014. Il obtient le même score cette année et conserve donc son siège.

  • Pologne

Aucune liste affilié au Parti de la gauche européenne (PGE) ou à la GUE/NGL ne s’était présentée en 2014. En 2019 soit la situation est identique soit il est difficile de savoir ce qu’il en est. Toujours est-il que la situation politique pour la gauche polonaise est extrêmement difficile, et l’anti-communiste viscéral du pouvoir en place et la criminalisation de ceux-ci n’arrangent pas les choses (voir : Pologne : nouvelle terre de l’anticommunisme).

  • Portugal

Le Parti communiste portugais (PCP) et le Bloc de gauche ont fait le choix en 2015 d’appuyer le Parti socialiste portugais au parlement pour chasser la droite du pouvoir (voir : Portugal : une autre voie pour l’Europe).  Toutefois ces deux forces ne sont pas entrées au gouvernement et se sont présentées indépendamment aux élections européennes.

C’était déjà le cas en 2014. A l’époque la coalition de la CDU, qui regroupe le Parti communiste et les écologistes, avait obtenu 12,69% et 3 députés. De son côté le Bloc de gauche lui, avec 4,56% des voix avait 1 siège. Cinq plus tard les scores se sont inversés. Le Bloc de gauche obtient 9,82% des voix et 2 sièges tandis que le PCP avec 6,88% des suffrages perd un siège et en conserve 2.

  • République Tchèque 

La République Tchèque est l’un des seuls pays de l’Est de l’Europe où il y a encore un parti communiste assez puissant. En 2014 le Parti communiste de Bohême-Moravie obtenait ainsi 3 députés en récoltant 10,98% des voix. Mais cette année, comme beaucoup d’autres formations européennes similaires, ses voix sont en baisse. Avec 6,94 des voix les communistes de la République Tchèque ne sauvent qu’un seul siège de député.

  • Roumanie 

Comme ses voisins les listes de gauche qui auraient pu siéger dans le groupe de la GUE/NGL sont inexistantes en Roumanie.

  • Royaume-Uni

La situation britannique est délicate en raison du Brexit. En cas de sortie de l’UE du Royaume-Uni tous les députés élus il y a peu céderont leur siège. La campagne a été presque inexistante dans le pays car tous s’attendent à ne siéger que quelques mois au mieux.

Néanmoins le scrutin a bien eu lieu. Au terme de celui-ci le Labour Party, dont les députés actuels siègent avec le groupe socialiste européen, mais qui a connu un virage à gauche avec Jeremy Corbyn, obtient 10 députés et 14,08% des voix. Les travaillistes perdent donc 10 députés puisqu’en 2014 avec 24,43% des voix en 2014 ils avaient eu 20 députés.

Dans le même temps la branche britannique du Sinn Féin, qui avait eu 1 député et 0,97% conserve son siège malgré une légère chute de son score (0,63%).

  • Slovaquie 

En 2014 une liste affiliée à la GUE/NGL avait obtenu 1,83% des voix. En 2019 il n’y avait pas de liste similaire.

  • Slovénie 

En 2014 la Gauche unie n’avait aucun député mais obtenait 5,5% des voix. Cette année malgré une augmentation, puisque la liste de la Gauche obtient 6,34% des voix, elle n’aura toujours pas de député.

  • Suède 

Le Parti de gauche de Suède avait 1 siège d’eurodéputé à défendre. Ils avaient réalisé le score de 6,3% en 2014. Le siège est conservé en 2019 avec une légère augmentation du score (6,7%).

  • Bilan 

Au total les membres du groupe GUE/NGL, qui n’étaient déjà pas nombreux lors de la mandature 2014-2019, puisque le groupe comptait 52 eurodéputés lors de cette période, le seront encore moins pour la période qui arrive.

De son côté le mouvement européen Maintenant le peuple ne pourra sans doute pas créer un autre groupe européen. Il faut en effet 25 eurodéputés or les divers mouvements partis signataires de l’appel ne les possèdent pas :

  • 6 députés pour la France insoumise, et la Gauche républicaine et socialiste (France)
  • 6 députés pour Podemos- dans la coalition Unidos-Podemos (Espagne)
  • 2 députés pour le Blog de gauche (Portugal)
  • 1 député pour l’Alliance rouge et verte (Danemark)
  • 1 député pour l’Alliance de gauche (Finlande)
  • 1 député pour le Parti de gauche (Suède)

Au total ce sont donc 17 eurodéputés qui devraient siéger dans le groupe de la GUE/NGL. Il faut ajouter à cela :

  • 5 députés pour die Linke (Allemagne)
  • 1 député pour le PTB (Belgique)
  • 2 députés pour l’AKEL (Chypre)
  • 6 députés pour Syriza (Grèce)
  • 2  députés pour le Sinn Féin (Irlande)
  • 1 député pour le Parti pour les animaux (Pays-Bas)
  • 2 députés pour  la coalition CDU (Portugal)
  • 1 député pour le Parti communiste de Bohême Moravie (République Tchèque)
  • 1 député pour le Sinn Féin (Royaume-Uni)

Tous ces partis et mouvements totalisent 38 eurodéputés, même si rien ne certifie que tous acceptent de siéger avec les députés de Syriza.

Enfin il faudra déterminer si les formations suivantes siégeront dans le groupe de la GUE/NGL ou resteront indépendants :

  • les 3 députés de la coalition regroupant notamment la Gauche républicaine de Catalogne et le Bloc nationaliste de Galicie (Espagne)
  • les 2 députés du KKE (Grèce)
  • les 2 députés de la liste Indépendance pour le changement (Irlande)
  • quelques députés élus avec le Labour Party (Royaume-Uni)

Mais même en élargissant au maximum le groupe ne devrait donc pas atteindre les 50 eurodéputés. L’absence d’un groupe signifiant pour la gauche radicale démontre sur un plan européen la victoire des forces conservatrices. Les petites guerres entre partis et mouvement et l’absence de lignes claires peuvent expliquer en partie ce déclin dans la plupart des pays pour les formations de gauche radicale.