Rajoy (enfin) chassé du pouvoir

Rajoy Sanchez

Enfin! Au pouvoir depuis 2011, l’ignoble premier ministre espagnol Mariano Rajoy (Parti Populaire- droite) a été chassé du pouvoir par le Parlement. La motion de censure, déposée par le socialiste Pedro Sanchez, a été votée par 180 députés sur 350, soit une majorité suffisante pour chasser du pouvoir le premier ministre conservateur.

Déposée par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), la motion de censure avait été également signée par nos camarades d’Unidos-Podemos- la coalition réunissant Podemos et Izquierda Unida-, mais également par les partis indépendantistes catalans et basques. Ce sont d’ailleurs ces derniers, au nombre de cinq, qui ont permis de faire pencher la balance et d’obtenir la majorité, après que Sanchez ait assuré qu’il ne toucherait pas au budget prévu,  puisque comprenant quelques avantages pour le Pays Basque. Il a aussi annoncé vouloir amorcer un dialogue avec les dirigeants de la Catalogne afin de trouver une solution à cette crise.

Pedro Sanchez, chef de file du PSOE, devient ainsi la nouvelle tête de l’exécutif espagnol, sans aucune certitude quant à la stabilité de sa majorité et des réels pouvoirs dont il disposera. Certes les socialistes espagnols disposent de 84 députés, ce qui en fait, de fait, le parti moteur d’une future coalition. Mais sa majorité ne tient qu’à un fil et nécessite l’appui des 67 députés d’Unidos-Podemos ainsi que la confiance des députés des deux partis indépendantistes catalan et basque.

La présence de nos camarades dans cette majorité pourrait être bénéfique, à l’instar de ce qu’il se passe au Portugal (voir : Portugal : une autre voie pour l’Europe) où le gouvernement socialiste, soutenue au Parlement par le Parti communiste portugais et par le Bloc de gauche, mène des politiques de relance à contre-courant des injonctions de Bruxelles. Pedro Sanchez n’a d’ailleurs pas masqué son intention de faire adopter de nouvelles mesures sociales. Ainsi dans une majorité plurielle, Unidos-Podemos pourrait servir de caution de gauche. Mais nos camarades auraient raison de se méfier et d’accorder leur confiance à un PSOE qui n’a plus de socialiste et d’ouvrier que le nom et qui s’est rendu coupable de cures drastiques d’austérités lorsqu’il était au pouvoir avant 2011, en suivant l’agenda ultralibérale de la commission européenne.

Podemos, d’après les premières déclarations de ses leaders, semble aller dans le sens d’une majorité avec les socialistes. Pablo Iglesias souhaite que des membres de Podemos entrent au gouvernement.

« Nous additionnons des forces pour laisser derrière nous une époque de corruption, d’inégalité et de confrontation » Pablo Iglesias.

Gouverner ne sera pas chose facile pour Pedro Sanchez. Il devra constamment jongler entre les attentes des indépendantistes et celles d’Unidos-Podemos, dans ce qui constituera le gouvernement ayant la plus faible majorité de l’histoire de L’Espagne. Quant à Rajoy, il ne devrait pas revenir en politique, la justice espagnole s’étant enfin décidée à reconnaître la corruption généralisée du Parti populaire et de ses dirigeants.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s