Brexit : quelles conséquences ?

brexit-800x500

Alors que les premières estimations donnaient une courte victoire au maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne (UE), les votes ont finalement penché en faveur du Brexit. Un réel coup porté à l’Europe telle que nous la connaissons et qui pourrait conduire à une remise en cause de celle-ci.

Il est certain que cela va entraîner plusieurs changements économiques et politiques même si, le fait que le Royaume-Uni n’ait pas l’euro va sans doute permettre de simplifier les choses. Il va toutefois falloir s’attendre à de grands bouleversements ainsi qu’à d’importantes conséquences notamment pour les étudiants britanniques, qui n’auront sans doute plus aussi facilement accès aux études dans d’autres pays européens favorisés par le programme Erasmus, puisqu’il faudra en effet attendre la mise en place d’autres accords.

Néanmoins cela n’interviendra pas avant plusieurs mois, le temps que tous les précédents accords soient annulés ou renégociés, le temps aussi que le Royaume-Uni ait un nouveau premier ministre puisque David Cameron a annoncé sa démission. Comme les médias ne vont parler que de ce Brexit pendant plusieurs jours et de ses conséquences, il serait peut-être plus important d’essayer de voir quels changements politiques cela pourrait créer à terme ?

Ce vote va indéniablement mettre en cause la domination des banques et de la commission européenne sur les peuples constituant l’UE. Ces instances, non élues, gouvernent pourtant les pays membres de l’UE, y compris lorsque certains peuples montrent leur opposition  en élisant d’autres personnes que ceux à la solde de la finance.

Les exemples montrant un refus de la politique européennes sont nombreux. Le référendum en France de 2005 concernant la Constitution européenne en est l’un des plus frappant et peut-être l’un des plus explicites. A un point tel que, non seulement le même texte fut adopté en 2007 sous la dénomination du traité de Lisbonne, mais depuis cette année là, les traités ne sont plus ratifiés par référendum populaire mais par les Parlements nationaux, beaucoup plus dociles.

Plus récemment c’est la Grèce qui avait révélé l’imposture antidémocratique des hautes instances de l’UE. En effet, après avoir porté au pouvoir Syriza-parti de la gauche radicale- au pouvoir, le peuple grec a dû faire face aux déchaînements médiatiques, ainsi qu’à l’hostilité des banques, des autres gouvernements et de la Troïka (BCE, FMI, commission européenne). Toute ces pressions associées à l’arrêt de l’injection d’argent par la BCE avaient ensuite conduit à la soumission et à la trahison de Tsipras.

Cette fois-ci les choses sont différentes. Et même si nos camarades du Parti travailliste de Jeremy Corbyn avaient appelé à voter « Non » au Brexit ( comme l’avait fait la députée britannique travailliste, et amie de la Palestine, Jo Fox, lâchement assassinée par un membre de l’extrême-droite ) ce vote historique doit ravir ceux souhaitant une autre Europe. Car s’il est effectivement possible de la quitter, il est donc forcément possible de la changer et de la transformer de l’intérieur afin d’en faire un espace d’intégration et de coopération entre les peuples.

A l’heure actuelle ,l’UE ne fait qu’approfondir la crise économique en permettant aux financiers de s’enrichir sur notre dos et en forçant les pays à respecter des engagements impossibles à tenir, faisant de fait le lit de l’extrême-droite qui a déjà pris le pouvoir en Pologne et en Hongrie et qui pourrait être en passe de le prendre dans de nombreux pays dont le Royaume-Uni et la France. Transformer l’Europe n’est donc pas seulement une nécessité économique, politique et démocratique, c’est aussi un moyen essentiel pour sauver des idées que l’extrême-droite veut voir disparaître, comme celles d’accueil des réfugiés et de solidarité.

D’autres conséquences, que n’avaient peut-être pas envisagées un certains nombre de britanniques, vont sans doute avoir lieu. Même s’il est nécessaire de rappeler que le Brexit n’est pas encore acté, qu’il va falloir changer tous les traités passés avec l’UE, et que le Parlement britannique doit encore ratifier ce vote. Toutefois, quoiqu’il en soit, il apparaît clairement que le Royaume-Uni était divisé au moment du vote, car si l’Angleterre et le Pays de Galles ont voté en faveur du Brexit,les écossais et les irlandais du Nord ont eux largement voté en faveur du maintien dans l’UE. Ceci n’aura échappé à personne et surtout pas aux écossais qui ont déjà commencé à réfléchir à l’éventualité d’un référendum sur l’indépendance. Le cas de l’Irlande du Nord pourrait en revanche s’annoncer plus complexe notamment à cause des violents conflits entre irlandais qui pourraient resurgir à l’approche d’une éventuelle indépendance ou d’une possible réunification.

Ce vote actera surement la fin de l’Europe telle que nous la connaissons. Celle-ci pourrait changer pour le meilleur ou pour le pire car les partis de gauche comme d’extrême droite entendent la refonder avec des différences majeures. Si nous souhaitons une Europe progressiste, solidaire et protectrice des plus démunis, l’extrême droite souhaite elle une Europe fermée sur elle même, en mettant l’accent sur les différences. Certains iront même jusqu’à clamer leur volonté d’une Europe « blanche, et chrétienne » masquant à peine leur hostilité envers les populations arabes, africaines ou asiatiques. C’est cela qui risque d’arriver si les institutions européennes continuent de dicter ce que les pays membres doivent faire et si la souveraineté des Etat n’est pas respectée.

Quand Hollande bafoue la démocratie

J’avais initialement rédigé cet article avant la levée de l’interdiction de manifester par François Hollande. La manifestation aura donc lieu ce jeudi 23 juin avec je l’espère le plus de monde possible. Toutefois comme il semblerait que ce ne soit pas la dernière fois que le gouvernement use d’un tel procédé je vais le publier tel qu’il avait été écrit, l’analyse restant singulièrement la même. 

7767975029_un-rassemblement-cgt-le-5-novembre-2013-a-l-ouverture-du-proces-de-cinq-syndicalistes-qui-avaient-refuse-un-test-adn.jpg

 

Après la répression des mouvements anti loi travail, et l’utilisation du 49-3, voilà que le gouvernement franchit un pas de plus dans le déni de la démocratie. En effet, après avoir initialement appelé la CGT- et les autres syndicats- à ne pas reproduire de grandes manifestations d’ampleur ( preuve de l’inquiétude du gouvernement via l’importance du mouvement ), cette fois-ci la préfecture vient d’interdire la manifestation à Paris de ce jeudi 23 juin.

N’étais-ce pas le candidat Hollande qui en 2012 déclarait que le droit de manifester était fondamental dans une République démocratique ? N’est-ce pas ce même Hollande qui prétend défendre les droits de l’Homme et la démocratie aux quatre coins du monde ? Comme je l’indiquais dans mon précédent article ( voir : Combattre le terrorisme, défendre la paix ) on est ici en pleine hypocrisie, propre à la plupart des régimes occidentaux, n’hésitant pas a envoyer avions et soldats dans des pays lointains défendre une certaine idée de démocratie, à partir de bombardements, tout en ne la respectant pas dans leur propre Nations.

Tout ce stratagème est tellement bien rodé que les médias arriveront à vous faire croire que cette interdiction est justifiée et rentre parfaitement dans le cadre de la démocratie puisque cela évitera à quelques dizaines de personnes ultra-minoritaires de s’en prendre aux forces de l’ordre, alors que des centaines de milliers de personnes manifestant pacifiquement n’auront donc pas le droit de s’exprimer. Ces mêmes médias vous parviendront même à vous faire penser le contraire, lorsque ce seront des pays, qui ne rentrent pas dans le giron occidental, qui interdirons certaines manifestations pour des raisons parfois justifiées.

Ainsi on prive donc, à titre officiel, des centaines de milliers de personnes de manifester, chose qui n’était plus arrivé depuis la guerre d’Algérie, preuve de l’absurdité d’une telle décision, surtout lorsqu’on sait que les manifestations en province sont pour le moment maintenues et que les parisiens et parisiennes n’hésiteront pas à se rendre massivement dans la rue. Ce sera ainsi l’occasion à la fois de montrer encore et toujours l’opposition à cette loi travail, mais dans le même temps ce sera également le moment de démontrer notre attachement aux libertés publiques et fondamentales qui ne sont jamais réellement acquises.

Par cette interdiction Hollande donne raison à la droite extrême et à l’extrême-droite qui ne cessaient de la réclamer. Une légitimation de plus donnée à ceux qu’ils sont censés combattre. Pour rappel lors des manifestations suite au mariage pour tous, et malgré toutes les violences qui les avaient émaillées jamais elles n’ont été interdites et pourtant le gouvernement avait beaucoup plus de raison de le faire qu’actuellement. Si le gouvernement se prétend toujours de gauche, et pense encore l’être ; alors c’est son propre camp qu’il trahit, celui de la justice sociale, de la tolérance, de la liberté, de l’amitié entre les peuples et de l’égalité. Mais étant donné tous les renoncements de ce quinquennat, Hollande et ses compères ne doivent éprouver aucune peine à trahir ceux qu’ils défendaient en 2012.

Cette fois nous verrons si les frondeurs socialistes et ceux opposés à la dérive ultralibérale du gouvernement oseront enfin quitter ce Parti qui n’a plus de socialiste que le nom, afin de rejoindre et favoriser l’émergence d’une alternative à gauche de ce gouvernement et ne pas tomber dans un choix néfaste pour notre démocratie que serait le vote entre la droite et le Front national.

La Loi travail aura ainsi eu un mérite, celui de rassembler les français sur des valeurs progressistes. Dans tous les sondages il est clairement montré qu’une large majorité des français est opposée à cette loi, plus que ça les français comprennent et soutiennent les mouvements des grévistes même si les médias, dans leur objectivité connue, s’efforceront toujours de vous montrer cette minorité qui ne comprends pas la situation et qui pense toujours être pris en otage par les grévistes. Pour eux, comme pour une certaine élite, ayant une vision arriéré des travailleurs et des syndicats, les grèves ne sont qu’une partie de plaisir, où l’on ne travaille pas et où l’on fait des barbecues à longueur de journées pour tuer le temps. La grève n’est une partie de plaisir pour personne, on ne fais pas grève pour s’amuser ou pour ne pas travailler. C’est tout l’inverse. C’est justement pour continuer à exercer son métier dans des conditions dignes que ces personnes courageuses font grèves, c’est pour défendre nos droits au travail, fort de décennies de lutte des classes, que ces personnes osent arrêter le travail, et ne pas recevoir de salaire. Comment pouvons-nous les discréditer et les comparer à des terroristes si l’on en croit certains médias ?

Les syndicats sont plus que jamais utile à notre démocratie, sans eux le code du travail n’existerait déjà plus et toutes les conquêtes sociales payés au prix fort lors des grèves de 36, de 68 ou lors de la résistance ne seraient qu’un lointain souvenir. Le grand patronat, MEDEF en tête, rêve d’un retour en arrière. Un passé où les travailleurs n’avaient aucun mot à dire, où le simple fait de manifester son désaccord permettait au patron de vous licencier, où le temps de travail était plus important que le temps de repos et où les salaires permettaient à peine de vivre.

C’est cette société là que le gouvernement s’attache à restaurer via ces diverses lois favorables seulement au grand patronat et aux actionnaires, lesquelles parviennent à faire des bénéfices faramineux alors que l’Europe est plongée dans la crise depuis plusieurs années maintenant. Mais, à l’image de nos pays voisins où des mouvements de gauches radicales émergent de nouveau, la France peut elle aussi se distinguer et montrer une fois de plus le chemin à toutes les forces progressistes européennes.

Combattre le terrorisme, défendre la paix

manifestation-de-soutien-au-president-syrien-bachar-al-assad-le-7-avril-2012-a-damas_928438

 

L’intervention russe a indéniablement changé la donne en Syrie ainsi qu’en Irak, ouvrant la voie aux armées régulières de ces deux nations et permettant également aux kurdes tout comme aux milices populaires soutenant le régime syrien de reprendre du terrain à Daech et au Front al-nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda. De fait, les frappes russes, notamment sur le pétrole que vendait Daech à qui le voulait, ont sans aucun doute forcéles occidentaux à intensifier eux aussi leurs frappes. Il suffit de remarquer l’inefficacité des frappes françaises et américaines pendant plusieurs mois avant l’intervention russe, et la soudaine perte de terrain de Daech pour se rendre compte du tournant.

Pourtant, à en croire certains parmi les dirigeants occidentaux ou parmi les principaux médias, certes il faut éliminer Daech mais il faut aussi s’occuper du cas du président syrien Bachar al-Assad. C’est là que l’on peut observer toute l’hypocrisie impérialiste qui non contente d’avoir mis à feu et à sang des pays entiers pour leurs intérêts économiques, pensent pouvoir décider du sort de chaque peuple de la région et de leur imposer des dirigeants, tout cela en défendant la démocratie et les droits de l’hommes à coup de bombes. Faut-il rappeler qui a armé les rebelles « modérés » au début de la guerre en Syrie ? Ce ne sont ni les russes, ni les iraniens, ni les palestiniens, ni le Hezbollah, pourtant ces entités sont systématiquement pointées du doigt dans nos médias.

L’hypocrisie est aussi visible vis à vis du courageux peuple kurde. Jouant toujours sur la division entre les communautés, les occidentaux ont pris soin d’armer lourdement les kurdes irakiens, les Peshmergas, et dans le même temps continuent de maintenir sur la liste des organisations terroristes, les kurdes de Turquie et de Syrie, du PKK et des Unités de protection du peuple. Or, s’il y a bien un Parti qui se bat contre le terrorisme  d’aujourd’hui c’est le PKK en première ligne contre le fanatisme religieux, mais qui dans le même temps doit faire face aux offensives de l’armée turque.

Ce qui occupe les esprits aujourd’hui ce n’est donc pas tellement le sort de Daech, dont heureusement tout le monde s’accorde à espérer la fin, mais celui du président syrien. Les récents événements ont quand même tendance à prouver que Bachar Al-Assad est l’une des personnes capables de lutter contre le terrorisme en Syrie actuellement, comme il l’a montré depuis plusieurs années, tandis que nous nous faisions des illusions sur une possible « Révolution syrienne » qui en réalité à très vite été récupérée par les terroristes. Les médias ont mis beaucoup de temps à admettre leur erreur, mais récemment un reportage de France 2 intitulé : Syrie : le grand aveuglement  a mis en exergue la tromperie.

Ainsi il apparaît très clairement plusieurs choses : c’est que bien entendu le peuple syrien avait des revendications sociales comme tout peuple aspirant à s’émanciper, et comme dans n’importe quel pays du monde. Il y a donc eu des manifestations, et des images montrent très clairement qu’on ne réclamait pas le départ du président, du moins pas partout. En revanche ce que France 2 a assumé et reconnu, c’est de n’avoir, en 2011, pas montré les manifestation monstres de soutien à Bachar al-Assad, à un point tel que celles lui étant opposées passaient pour de minuscules rassemblements. C’est à partir de là que l’on peut se rendre compte d’une part  oh combien Bachar est populaire en Syrie ( d’ailleurs les statistiques démontrent que parmi les millions de syriens ayant été forcés de se déplacer en Syrie, par peur des combats, la grande majorité a préféré trouver refuge dans les zones gouvernementales plutôt que dans les zones « rebelles ») et d’autre part à quel point les occidentaux ont facilité l’émergence d’une opposition armée.

Une opposition armée qui, quoi que l’on en dise ne peut être réellement modérée du moment qu’elle a des armes, d’ailleurs je serais curieux de voir comment réagirait la France si un groupe armée se déclarant modéré réclamait la chute du président ou bien si des pays étrangers favorisaient et armaient des groupes armés dans notre pays.

L’ingérence étrangère en Syrie afin de renverser le gouvernement n’est désormais plus un secret pour personne, mais les conséquences d’une telle déstabilisation pourrait être encore pire que prévu si les impérialistes continuaient à persévérer dans leur volonté de renverser le gouvernement. Quoiqu’on pense de la République Arabe syrienne, c’était sans aucun doute l’un des Etats les plus stables de la région, doté d’une Constitution mettant en point d’orgue la laïcité. Ceci permettant aux différents communautés, et aux différentes minorités de cohabiter ensemble : sunnites, chiites, alaouites, druzes, chrétiens, arabes, juifs, le pays était une aire de paix a contrario de tous les conflits qui embrasaient le Moyen-Orient.

Cette paix n’existe plus et la guerre menace désormais le Liban voisin où les tensions entre communautés ne cessent de s’aggraver, encouragées certes par certains prêches de fondamentalistes proche de Daech. D’ailleurs lorsque la guerre en Syrie est évoquée dans nos médias, il est souvent fait mention de l’Iran et de la Russie qui soutiennent le président, mais jamais ne sont évoqués les pays armant, et finançant les organisations terroristes qui parce qu’elles sont alliées de pays importants de par leur ressource pétrolières, ont le droit de participer aux négociations de paix. Or les différents reportages, y compris celui de France 2, le démontrent bien : il n’y a rien qui sépare ces groupes là de Daech au niveau idéologique, la seule différence étant leur évidente infériorité numérique et militaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Loi travail : amplifier la mobilisation

 

7750365

Avec les nouvelles grèves et les blocages organisés par les salariés, nous avons de nouveau le droit aux discours habituels de la part des élites et de la part des médias dominants sur le fait que nous serions tous otages des syndicalistes. Cette image totalement erronée de la réalité ne sert qu’à détourner l’attention des français des vrais problèmes et notamment de la Loi travail, véritable fléau pour les travailleurs.

Alors que manifestations, rassemblements et grèves, ne faiblissent pas et au contraire tendent à s’intensifier, le gouvernement n’a d’autres choix que de pointer du doigt ceux qui défendent nos conditions de travail afin de les décrédibiliser. Or les récents sondages ont tendance à démontrer que non seulement les français restent opposés à la loi travail à plus de 65% mais que de surcroît l’image de la CGT progresse aux yeux de la société. Et tandis que le gouvernement a annoncé ne pas vouloir céder quant à l’adoption de cette loi, les travailleurs, CGT en tête, n’ont pas l’air non plus enclin à craquer.

Depuis combien de temps les médias, et les principaux dirigeants du PS, des républicains comme du Fn, nous expliquent-ils quelles politiques il faut appliquer ? Et depuis combien de temps les écoutons-nous pour en arriver à cette situation là ? Même si nous nous basons uniquement sur le mandat de François Hollande, on peut voir les effets néfastes de cette politique dite de l’offre, favorisant au maximum patrons et actionnaires au mépris de l’immense majorité des salariés.

Toutes les lois, votées sous cette présidence, j’entends par là les grandes lois économiques telles que le pacte de compétitivité ou la Loi Macron, l’ont été en faveur du grand patronat, plus précisément du MEDEF. Pierre Gattaz et ses acolytes ont bénéficié de la naïveté et de la soumission du gouvernement, et ainsi pu brasser des millions d’euros sur le dos des français en ne remplissant jamais leur part du contrat, à savoir l’embauche massive de travailleurs qu’ils avaient pourtant promis.

Ainsi, lorsque Pierre Gattaz nous explique que les syndicalistes de la CGT, qui organisent manifestations, pétitions, grèves et blocages, sont similaires à des « voyous et des terroristes » ; ce n’est pas seulement la CGT et le monde syndical qu’il insulte, c’est tout ceux que les syndicalistes défendent en s’opposant à cette loi rétrograde pour le monde du travail. Pourtant, au fil du défilé des responsables politiques, des « experts » et autres « spécialistes », au fil des émissions télés et radios, c’est bien la CGT qui est dénoncée, au même titre que les autres syndicats qui refusent de se plier, ou de la gauche radicale, alors qu’ils ne font, que nous ne faisons, que défendre l’honneur des travailleurs et leurs conditions de travail.

Après l’utilisation du 49-3, l’un des articles les plus antidémocratique qui soit, il n’est pas étonnant que les français aient de plus en plus de sympathie envers la CGT et ses actions. Toute cette colère, associée aux personnes participant à Nuit Debout, ne peut émerger que sur des choses positives pour l’avenir. Cela nous prouve également que le Front national n’a pas le monopole dans la rue. Bien au contraire, il est aux abonnés absents. Pire, en appelant lui aussi à l’interdiction des manifestations il participe et se positionne en faveur de la loi travail, puisque de fait il condamne ses opposants.

Une manière de plus de révéler à ceux qui pouvaient encore être indécis la vraie nature du Front national, profondément anti-ouvrière et partisan d’un ordre ancien où les syndicats n’auraient pas leur place, comme sous Vichy. Un ordre où les travailleurs seraient privés de défenseur de leurs droits, et seraient donc totalement soumis aux capitalistes.

Quoiqu’il en soit, le mouvement ne faiblit pas et il est certain que la Loi travail aurait le même sort que le CPE en 2006.