Obama à Cuba

Beaucoup de choses ont été dîtes et répétées à l’issu de la visite du président américain sur l’île de Cuba. Beaucoup de mensonges, de contre vérités, et comme à l’habitude une désinformation générale et parfaitement orchestrée pour faire de Cuba une sombre dictature, vestige de l’URSS.
Bien entendu nous avons déjà démontré à maintes reprises le caractère erronée de ces vociférations anti-cubaines. D’ailleurs, ce sont étrangement les mêmes personnes qui critiquent si facilement Cuba, et plus généralement les pays progressistes, mais qui trouvent parfaitement légitime et normale que nous vendions des rafales a certains des Etats les plus obscurs qui soient.

Obama à Cuba, c’est l’occasion pour la presse et les médias dominants de déverser leurs habituelles vociférations anticastriste que nous connaissons parfaitement. La traditionnelle question des droits de l’homme ainsi que celle à propos de la démocratie sont sans cesse rappeler dès lors qu’il s’agit de Cuba. Alors même que les Etats-Unis, la France où d’autres Etat occidentaux considérés comme des modèles démocratique ont toujours des prisonniers politiques dans leur prison ( Georges Ibrahim Abdallah en France, Mumia Abu-Jamal aux Etats-Unis pour ne citer que les plus célèbres ).

La question des prisonniers politique est toutefois formidable et mérite qu’on s’y intéresse de plus près. Il est tellement simple pour nos dirigeants et à travers eux les financiers de dénigrer les pays souverains et progressistes. L’argumentation est simple : à Cuba il y a des prisonniers politiques et c’est une dictature communiste point. Les gens doivent penser cela, parce que c’est ce qu’on leur dit depuis des décennies. Issue de la guerre froide, la propagande à l’encontre de Cuba a, on le sait, été financée en grande partie, à coups de millions de dollars, par les Etats-Unis de quoi la décrédibiliser totalement.

Le président cubain, Raùl Castro ne s’est d’ailleurs pas fait impressionner face à Obama. En dépit des phrases toutes faîtes visant à critiquer le régime cubain, le président de Cuba a parfaitement réagit en affirmant devant les caméras du monde entier que s’il y avait le moindre prisonnier politique ils seraient libérés le soir même.
De même, alors qu’Obama a annoncé vouloir rétablir entièrement les relations, les cubains ont quant à eux demandés fermement à ce que non seulement le blocus soit levé, mais aussi à ce que Guantanamo soit fermé.

Cette prison, en plus d’être inhumaines, de pratiquer la torture où d’enfermer des détenus dans des conditions illégales est bien évidemment un viol quotidien de la souveraineté de l’île puisque ce sont les Etats-Unis qui en sont les dirigeants. Mais là encore les médias oublient étrangement de relever ce point là, estimant sans doute que  » la plus grande démocratie du monde «  peut tout se permettre.

Il semble que malgré tout, le peuple cubain, et le leader historique de la révolution, Fidel Castro, n’ont pas été dupe par rapport à ce voyage. Si tous on salués l’optimisme et sans doute ce réel désir de vouloir changer la politique américaine envers Cuba, tout le monde aura remarqué

l’hypocrisie du dirigeants américain qui, tout en affirmant vouloir changer les choses, n’use pas de tout son pouvoir pour le faire.

Quoiqu’il en soit, Cuba ne renoncera pas au socialisme, à sa souveraineté, à ses principes et à son honneur : jamais le peuple cubain ne sera esclave de l’impérialisme américain, et jamais les banques ne prendront le pouvoir sur l’île révolutionnaire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s