Régionales 2015 : l’humain d’abord

Au fur et à mesure que se profilent les élections régionales du 6 décembre prochain, une question s’affirme et se pose de plus en plus chez tous ceux souhaitant des régions ancrées à gauche avec des réelles politiques de gauches : quelles sont, véritablement, nos chances pour ces échéances électorales ?

D’abord il nous faut admettre que la constitution des listes Front de gauche, et plus généralement des listes unitaires opposées à l’austérité, n’auront pas été faciles. Ainsi, en fonction des régions une unité à gauche, j’entends par là à gauche du PS, a pu se réaliser, ou non. Le plus souvent ce sont les écologistes qui ont bloqué ces listes unitaires anti-austérité. Cela y compris dans des endroits où pourtant nous avons travaillé à rassembler le plus largement possible, de nos forces aux déçus du PS. Alors désormais ma conviction est que nous ne devons plus nous attarder à tenter de construite l’unité avec des gens bornés sans aucune volonté politique, si ce n’est celle d’avoir des postes.

A l’inverse, les listes Front de gauche, renforcées par les forces citoyennes seront comme un nouveau souffle apporté, non seulement au Front de gauche, qui depuis quelques temps s’essoufflait, mais surtout à la scène politique. En outre, cela permettra peut-être de rallier à notre cause les indécis qui ne votent plus parce qu’ils n’ont plus confiance dans les simples partis politiques et qui pensent que les citoyens n’y sont pas assez impliqués.

L’un des meilleurs exemple de cette unité trouvée, à la fois entre toutes les composantes du Front de gauche, et les citoyens, est la liste que conduira Pierre Laurent en Ile-de-France. Crédités, par certains sondages, de 8 à 10% des intentions de votes, nos camarades pourraient créer la surprise, alors que dans le même temps, les listes PS-UMP ne cessent de se faire la guerre sous fond de polémique sans évoquer la souffrance des habitants de cette région. Des polémiques qui ne feront pas avancer les conditions de vie de la population d’île de France comme l’a rappelé notre secrétaire national Pierre Laurent.

Ainsi, la question des logements sociaux doit être au centre des discussions dans une région qui en manque singulièrement. En ce qui concerne le programme de la liste que conduira Pierre Laurent, cette question est non seulement évoquée mais elle est au coeur du programme de la nouvelle région que nous voulons bâtir, une région de fraternité et de solidarité.
On peut d’ailleurs imaginer que, si la région passait sous la direction du Front de gauche, nos camarades pourraient s’inspirer de l’action que mène l’adjoint au logement de la mairie de Paris, le communiste Ian Brossat. Notre camarade réalise en effet de belles initiatives depuis maintenant presque deux ans afin de faire de Paris une ville de mixité sociale.

Des réquisitions de logements, à la conversion de bureaux vides en logements sociaux, il n’hésite pas a user de tous les moyens légaux pour proposer aux habitants de Paris des logements sociaux y compris dans les quartiers les plus riches, tenus par la droite.

Quoiqu’il en soit, le PCF, et plus généralement le Front de gauche, ne doivent plus faire de compromis pour tenter d’avoir des listes unitaires. Si nous prônons l’unité, il faut la réaliser sur des points clés de notre programme solidement ancrés à gauche et radicalement opposés à l’austérité.
Je parle ici du premier tour des élections. Bien sûr, une nouvelle fois, la situation varie selon les régions et les forces en présence, mais dans toutes les régions où une large unité est réalisée, une percée électorale est possible.

J’en viens maintenant au second tour des élections. Et lorsque des camarades sont invités sur les plateaux télés- ce qui est assez rare pour être souligné- la question revient à chaque fois : « que ferez vous au second tour ? » 
En fait, bien que cette question semble parfaitement légitime, elle est en réalité témoin, à elle seule, de la pensée de la plupart des médias vis à vis de la gauche radicale.
Ainsi cette question exclut toute participation, au second tour, d’une liste de la gauche de transformation sociale. Or, si nous proposons des listes, un programme, et surtout si nous, militants, menons d’importantes campagnes de terrain, c’est dans le but de remporter les élections, et donc d’être présents au second tour.

Mais dans l’hypothèse où ne n’y serions pas, ce que nous ne pouvons prévoir sans que le vote du peuple n’est eu lieu, les avis divergent sur la stratégie a adopter. Pour certains, peu importe ceux présents au second tour, si aucun candidat n’a de sérieuses propositions de gauches nous ne devons pas appeler à voter pour lui. Pour d’autres la priorité est au barrage de la droite et de l’extrême-droite, ce qui sous-entend un report de nos voix envers le moins pire des candidats.
En ce qui me concerne j’estime qu’au second tour, tout doit être fait pour ne pas céder de région, ou du moins le moins possible, à la droite et surtout à l’extrême droite. En revanche, du moment que nous ne savons pas si nos listes serons ou non au second tour, j’estime également que le rassemblement à gauche doit se faire dans tous les sens, à savoir que si ce sont nos listes qui arrivent en tête de la gauche, les socialistes, les écologistes et toutes les autres forces de gauches doivent se rallier à la nôtre.

En attendant de connaître les résultats du scrutin, nous avons encore quelques semaines pour intensifier notre campagne et faire connaître au plus grand nombre nos propositions. D’ici le 6 décembre, des centaines de milliers de personnes peuvent être convaincu de la nécessité des propositions que nous abordons. A l’image de nos voisins européens où
la gauche radicale augmente ses scores et ses élus, à nous de faire en sorte que ces élections régionales soient une réussite. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s