Que devient la Libye ?

L’intervention de mars 2011 devait à coup sûr pacifiér le pays, et débarrasser le peuple libyen du Colonel Kadhafi. Plus de trois ans après, si Kadhafi est bel et bien mort, la situation en Libye est bien pire qu’avant.
Depuis, les milices islamistes, et anti-islamistes, armées notamment par la France, se livrent une guerre pour le contrôle du territoire.

Ces milices, unies pendant la Révolution, ont ensuite décidé de rester armées, rendant impossible toute paix, et entraînant de nombreux affrontements qui ont explosé ces dernières semaines notamment à Tripoli et à Benghazi. A tel point, que les Etats-Unis ont évacué leur personnel, et que l’Allemagne, tout comme l’Angleterre ont appelé leurs ressortissants à quitter le pays. Quant à la France, elle a choisi de fermer son ambassade, et d’évacuer ses ressortissants.

Il était à prévoir, qu’une fois lourdement armées, les milices libyennes ne se laisseraient pas désarmer si facilement et accepteraient de se disperser. Et ni le nouveau gouvernement libyen, ni les puissances occidentales, qui avaient soutenu ces mêmes milices pendant la Révolution, n’ont pu ou n’ont su remettre de l’ordre une fois le Colonel déchu.

Une nouvelle fois c’est le peuple libyen qui en paye les conséquences, puisque ces affrontements se font souvent en pleine rue, tuant au hasard des civils qui se sont retrouvés au mauvais endroit au mauvais moment. En effet, aucune bombe, aucune roquette, aucune balle, ne fait la différence entre un « ennemi » et un civil, et, n’en déplaise aux américains, il y aura toujours des victimes civiles lors d’affrontements armés.

Le problème vient également du gouvernement libyen, qui n’arrive pas à affirmer son autorité, tant sur le plan national, qu’international.
Il a d’ailleurs demandé un cessez le feu, à chacune des milice concernées, qui pour l’instant n’a pas abouti.
De surcroît, le gouvernement libyen envisage de faire appel à des forces armées internationales, afin de mettre fin à ces conflits qui ensanglantent la Libye depuis la chute du régime de Kadhafi.

Or c’est précisément ce qui entraînerait une aggravation de la situation. Puisque une intervention internationale, dont on imagine que la France et les Etats-Unis prendraient part, non pour sauver le peuple libyen mais bien pour lui prendre son pétrole, ne ferait qu’exacerber les tensions, et renforceraient la mouvance islamiste, dont les différents mouvements, à travers le Sahel, s’uniraient sans doute.

De plus, ces milices disposant d’un important arsenal d’armes ne seraient guère impressionnées, rendant l’hypothèse d’un enlisement certain.
Enfin, il n’a jamais été prouvé qu’il fallait faire la guerre pour instaurer la paix, et la situation libyenne le démontre parfaitement, puisque en voulant trop bien faire, l’OTAN n’a réussi qu’à mettre en circulation encore plus d’armes qu’auparavant.

Plutôt que de sur-militariser une région déjà ravagée par les guerres, les puissances occidentales devraient oeuvrer pour le développement des services publics, utiles aux populations, tels que des écoles où des hôpitaux.
Les peuples africains, et ici en l’occurrence le peuple libyen, ne veulent pas d’une nouvelle guerre, ils n’aspirent qu’à la paix, à la justice et à la démocratie. 

Publicités

Protégez le peuple palestinien

Le massacre du peuple palestinien continue, s’accentue même, la barre symbolique des 1000 morts a bien été franchie, et rien ne semble pouvoir arrêter l’armée israélienne dans son entreprise de destruction.
Et la situation ne semble pas s’améliorer, tandis que les dirigeants de certains pays, à l’image du Brésil ou de l’Argentine par exemple, annoncent reconnaître l’Etat palestinien et dénoncent le massacre que perpétue l’armée israélienne, Benyamin Nethanyahou reste décidé à faire payer aux palestiniens un crime qu’ils n’ont pas commis.

L’armée israélienne continue donc d’agir en toute impunité, et ce, même si des millions de voix s’élèvent, de partout dans le monde, pour dénoncer ce massacre. Les citoyens en premier lieu qui, depuis le début, sont mobilisés afin de faire pression sur leur gouvernements respectifs, mais aussi des personnalités, tels que les joueurs de foot où encore des chanteurs comme le groupe Massive Attack, qui sera par ailleurs présent à la Fête de l’Humanité 2014, et désormais l’ONU, qui a décidé d’ouvrir une enquête pour crime de guerre après un vote,  malgré l’abstention des puissances européennes et le refus des Etats-Unis.

Ailleurs, ce sont des artistes espagnols, dont Penelope Cruz, qui dénoncent un « génocide ». Difficile, en effet, de trouver un autre mot, lorsque de telles horreurs sont commises, lorsque des écoles de l’ONU, servant de refuge à des palestiniens dont la maison a été détruite, sont bombardées à leur tour, lorsque des centaines de civils, dont des enfants, sont assassinés sans aucune raison.
A cela s’ajoute les innombrables destructions de maisons, d’hôpitaux, de quartiers, d’écoles, de mosquées, et de bâtiments en tout genre.

Les soldats israéliens n’ont-ils aucune humanité ? Ne voient-ils pas la souffrance des palestiniens ? Ne voient-ils pas l’horreur qu’ils imposent au peuple de Gaza ?
Quelle serait leur réaction si, en l’espace d’un instant, leur maisons, leur famille, et tout ce qu’ils avaient, disparaissaient sous une bombe, ne laissant que misère et désolation ?
Comment une armée qui appartient à un pays, qualifié de « démocratique », peut-elle se livrer à de tels massacres sous le silence des grandes puissances occidentales ?

Qui, aujourd’hui, peut condamner la résistance palestinienne ? Existe-t-il un seul être qui laisserait détruire sa maison et se laisserait tuer sans prendre les armes face à une telle injustice?
Dans l’histoire chaque peuple, opprimé et occupé, a résisté : que ce soit le peuple français sous l’occupation allemande, le peuple algérien sous la colonisation, où encore le peuple vietnamien.
Alors pourquoi ce qui était légitime à l’époque, pour ces peuples, ne le serait pas pour le peuple palestinien ? A l’instar de la France, la Palestine n’est-elle pas occupée, soumise à des massacres, privée de ses droits ?

Les médias occidentaux, dans leur grande sagesse, vous diront que chaque résistant palestinien est un terroriste, armé par le Hezbollah où l’Iran. Pourtant, derrière ceux que l’ont qualifient de « terroriste », il y a de simples travailleurs, des civils, des militants de toute organisations, y compris le Fatah. Le Hamas n’a pas, à lui seul, le monopole de la résistance palestinienne, ce sont aussi de simples palestiniens.

Ainsi, comme l’ont fait des centaines de personnalités, comme le demande tous les progressistes du monde, nous demandons que le peuple palestinien soit placé sous protection internationale.

Et qu’on ne nous disent pas que si le cessez-le-feu n’est pas encore en vigueur c’est à cause des palestiniens. Il est trop facile de demander un cessez-le-feu sans que rien ne change. Pour une paix juste et durable, il faut qu’Israël prenne en compte, et applique les revendications du peuple palestinien.
Une levée immédiate du blocus de Gaza, la libération des prisonniers politiques, l’ouverture des postes frontières, notamment celui de Rafah en Egypte, et le libre accès à la mer pour les palestiniens, sans oublier, et cela concerne l’ensemble de la Palestine, la fin de la colonisation israélienne, et la reconnaissance d’un Etat indépendant palestinien.