Gaza : entre résistance et survie

Si l’objectif d’Israël était d’affaiblir la résistance palestinienne à Gaza, force est de constater que c’est un échec cuisant.
En effet, le peuple gazaoui, plus que jamais, se solidarise avec la résistance armée, et tente, tant bien que mal, de résister lui aussi.

Il nous faut tout d’abord remettre les choses dans leur contexte, la résistance ne provient pas uniquement du Hamas et de sa branche armée. Ce sont toutes les organisations palestiniennes présentes à Gaza qui sont impliquées dans la résistance, y compris le Fatah de Mahmoud Abbas ( président de l’Autorité palestinienne).
C’est donc une véritable résistance populaire à laquelle l’armée israélienne doit faire face. D’autant, qu’à leur manière, de simples citoyens résistent en refusant de quitter leur domicile, pourtant menacé par les bombes et les missiles israéliens.

Le peuple de la bande de Gaza, fait preuve d’un courage infini, et alors que dans le monde entier, on manifeste pour Gaza, sur place les habitants essayent de survivre comme ils le peuvent, entre deux salves de bombes israéliennes.
Et la situation s’est empirée dans la nuit du 17 au 18 juillet, lorsque l’armée israélienne est entrée avec chars et hommes, toujours appuyés par d’importants moyens aériens ( hélicoptères de combats, avions de chasses ) dans la bande de Gaza.
A l’heure où ces lignes sont rédigées, ce sont 318 palestiniens, dont une grande partie de femmes et d’enfants, qui ont perdu la vie suite aux bombardements de l’armée israélienne, on décompte, par ailleurs, des milliers de blessés, et de gens ayant dû fuir leur domicile.
A cela il faut ajouter les destructions d’écoles, d’hôpitaux, de mosquées, de maisons, ainsi que la quasi-absence d’électricité et d’eau potable pour une grande partie de la population.

Nous n’assistons pas à une guerre entre l’armée israélienne et des organisations terroristes, comme aiment à le répéter les médias dominants, c’est bien à un véritable massacre auquel nous assistons entre, d’un côté, une armée équipée des dernières technologies, hautement expérimentée, et de surcroît supérieure en armes et en nombre, et de l’autre des combattants palestiniens armés qu’avec ce qu’ils ont pu trouver et ne disposant que de roquettes, dérisoires face à l’armada israélienne.

Mais la résistance palestinienne est toujours active, en témoignent les roquettes qui continuent d’être lancées non pas sur les villes israéliennes mais sur les nouvelles positions de l’armée israélienne.
Une résistance légitime au vu des horreurs que subitf la population de Gaza, qui ne réclame que le droit de vivre dignement.

Il est ainsi facile pour Israël de dénoncer la non-acceptation du cessez-le-feu de la part du  Hamas et de la résistance palestinienne, quand ces derniers sont tout juste consulter, et quand surtout aucune revendication du peuple palestinien n’est prise en compte.

Pour qu’intervienne un véritable cessez-le-feu, les revendications palestiniennes doivent être entendues et appliquées, à savoir ; la levée immédiate du blocus que subit la bande de Gaza depuis des années, l’ouverture de la frontière égyptienne notamment à Rafah, la libération des prisonniers politiques palestiniens, dont des élus, qui croupissent dans les geôles israéliennes, l’accès libre de Gaza à la mer, ainsi que l’accès à la Mosquée d’al-Aqsa, située à Jérusalem, pour tout musulman souhaitant s’y rendre.

Ce ne sont là que des revendications légitimes, et normales pour un peuple, qui continue d’être opprimé par une puissance militaire qualifié de « seule démocratie du Proche-Orient ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s