Pic de pollution et gratuité des transports publics.

Ces derniers jours, les habitants des plus grandes villes de France ont assisté à une situation certes étrange mais surtout alarmante quant à la non activité de nos dirigeants concernant la question des gaz à effets de serre et de la pollution en général. En effet, ce sont de fines particules qui ont envahi tout l’espace, provoquant des épais brouillards et obligeant les autorités à prendre des décisions rapidement. Outre les mesures de précaution qui ont été énoncées, notamment pour les personnes souffrante de maladies respiratoires, la gratuité des transports publics a été décrétée le temps que les fines particules polluantes disparaissent de l’atmosphère. Si la gratuité a été décrétée, c’est parce que l’essentiel des fines particules qui ont contaminé l’air des grandes villes- ainsi que de certaines campagnes- étaient issues des voitures diesels. Ainsi, pour stopper momentanément, ces émissions, il a obligatoirement fallu passer par une gratuité des transports publics temporaire afin que la population puissent se déplacer de façon ordinaire mais sans utiliser la voiture. Pourtant, la gratuité des transports publics ne devrait pas être une vulgaire mesure que l’on prend uniquement lors de pics de pollution. Cette mesure devrait être effective toute l’année, car outre la diminution de la pollution, dans les zones où elle est mise en oeuvre, elle permet également un plus grand dynamisme économique et social. Les personnes défavorisées qui ne peuvent pas se rendre à tel ou tel endroits parce qu’ils n’ont pas les moyens de s’acheter une voiture ou bien de payer l’essence, ou parce que le bus est trop cher, peuvent- en situation de gratuité- rendre visite à un ami, trouver un emploi, découvrir de nouveaux espaces etc.
Par ailleurs, l’argent qui ne sera pas dépensée dans l’achat de tickets de bus, pourra servir à autre chose qui contribuera, sans doute, à améliorer le quotidien d’une famille.
La gratuité est, plus qu’un mode de vie ; un choix politique c’est le refus de céder aux libéralisations et aux privatisations imposées par la commission européenne, et c’est faire le choix de donner, à tous, la possibilité de se déplacer sans contrainte financière. Comment est-il envisageable que des personnes restent chez elles parce qu’elles n’ont aucun moyen de transports ou que ce dernier est trop cher ?
A Aubagne sous le mandat de Daniel Fontaine, maire communiste (PCF),  la gratuité est effective depuis le 15 mai 2009, pour la plus grande joie de ses habitants.
De la bouche de certains, qui croient avoir toujours raison, la gratuité est impossible a mettre en oeuvre, qui payerait la perte que cela engendre ? Comment ferait la mairie pour subventionner cette mesure ? Ce sont certes des questions légitimes mais elles sont essentiellement poser pour discréditer ceux qui préconisent la gratuité des transports. Manifestement, la gratuité rapporte plus que si les transports étaient payants. Tout d’abord lorsque vous achetez un ticket de bus, il faut savoir que la part, de la somme que vous payez et qui est destiné aux transports n’est, dans la plupart des cas, pas majoritaire. Ainsi, pourquoi payer autant si la somme que nous verserons n’ira pas dans le budget pour les transports ?
De plus, du fait de la gratuité des transports en commun, un nombre accru de personnes se déplacera, consommera, les jeunes pourront plus facilement aller travailler, les travailleurs qui ont du mal à se déplacer et qui n’ont pas de voitures ne connaîtrons plus cette situation misérable habituelle  pour aller sur leurs lieux  de travail. Cette mesure profitera en premier lieu aux démunis, mais également à toute la société. Qui ne serait pas heureux de pouvoir prendre le bus gratuitement ?
Il ne faut pas oublier de mentionner le fait que, d’un point de vue écologique la gratuité représente une solution importante. Si nous voulons parvenir à une sortie des énergies carbonées, responsables des émissions de gaz à effet de serre, la gratuité ne pourra que nous aider. Les gens seront moins tentés par la voiture, notamment sur des courts trajets. Pourquoi consommer de l’essence quand le tram, le bus ou le métro peut nous emmener au même endroit et gratuitement ?
Par ailleurs, cela permettrait une diminution du nombre de voitures et autres véhicules motorisés dans les grandes agglomérations, ce qui conduirait à moins de nuisances sonores, ainsi qu’a moins d’embouteillages.
La gratuité ne présente donc que des aspects positifs, quant à son financement ; outre « l’obligation » d’une meilleure gestion du budget des mairies, notamment celles gérées par la droite, une contribution financière aux entreprises doit être demandée, en sachant pertinemment que ces investissements profiteront à tous, donc aussi aux entreprises.
Liberté, égalité, gratuité! 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s